Aller au contenu principal

Conseil économique et social

ECOSOC/6679

Les taux de chômage dans le monde, en particulier en Afrique, ont conduit aujourd’hui les participants aux travaux du Conseil économique et social (ECOSOC) à constater unanimement le paradoxe selon lequel la croissance économique ne suffit à assurer ni le développement durable ni la création d’emplois.  L’ECOSOC poursuivait son segment de l’intégration sur le thème « Réaliser le développement durable par la création d’emplois et le travail décent pour tous ».

ECOSOC/6677

Le monde compte aujourd’hui 201 millions de chômeurs, un nombre qui devrait augmenter de 80 millions d’ici à quatre ans, alors que dans la population active, près de 900 millions de travailleurs vivent avec moins de 2 dollars par jour.  Face à cette « crise de l’emploi », le Conseil économique et social (ECOSOC) a choisi pour son segment sur l’intégration le thème « Réaliser le développement durable par la création d’emplois et le travail décent pour tous ».

FEM/2035

« Le changement arrive », a annoncé aujourd’hui la Directrice exécutive d’ONU-Femmes, à la fin des travaux annuels des 45 membres d’une Commission de la condition de la femme dont le rôle dans le suivi du futur programme de développement pour l’après-2015 a été « confirmé ».

FEM/2034

« On n’acceptera jamais les cibles, les objectifs et les indicateurs « réducteurs » qui ne tiennent pas compte des changements voulus pour surmonter l’échec du modèle de développement actuel », a prévenu aujourd’hui à la Commission de la condition de la femme la représentante de l’ONG « Diverse Voices and Action for Equality » en parlant du nouvel agenda post-2015 qui devrait être adopté au mois de septembre.

FEM/2033

La Commission a commencé ses travaux aujourd’hui par une table ronde sur le « respect des droits des femmes et des filles marginalisées et défavorisées », à savoir les femmes rurales, roms, séropositives, autochtones et handicapées, dont la réalité est « noyée dans les moyennes nationales ».

FEM/2032

Aujourd’hui à la Commission de la condition de la femme, les États et les experts ont unanimement souligné l’importance des statistiques ventilées par sexe pour faire un état des lieux précis de la situation de la femme et prendre des décisions informées pour les résultats escomptés dans la mise en œuvre du Programme d’action de Beijing.

FEM/2031

Vingt-ans après la quatrième Conférence mondiale sur les femmes à Beijing, l’on se demande encore: où sont les hommes quand les femmes débattent d’une question d’intérêt commun comme l’égalité entre les sexes? s’est impatientée la représentante de Guyana lors de la table ronde sur la responsabilité des hommes et des garçons dans la réalisation de l’égalité, organisée aujourd’hui par la Commission de la condition de la femme qui ouvrait sa deuxième et dernière semaine de travaux.  Une autre table ronde a été organisée sur le thème « Faire évoluer les normes sociales pour parvenir à l’égalité entre les sexes ».

FEM/2029

« Le progrès de la femme est le progrès humain », cette évidence relevée par le représentant de la Croatie, à la fin de cette première semaine de session de la Commission de la condition de la femme, a été plusieurs fois soulignée par les délégations qui ont averti que le programme de développement pour l’après-2015 ne saurait réussir si l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes n’y figurent pas en bonne place car on ne peut réaliser le développement, en en écartant la moitié de l’humanité.

FEM/2028

« Les droits de la femme sont des droits de l’homme », a déclaré aujourd’hui la Ministre de l’égalité et de l’intégration sociale de la Norvège au quatrième jour du débat général de la Commission de la condition de la femme.  Mme Solveig Horne, qui s’est lancée dans un vibrant plaidoyer contre la violence faite aux femmes, a fait écho à l’appel d’ONU-Femmes et a exigé que 2030 soit proclamé « date de préemption » des inégalités entre les hommes et les femmes. 

FEM/2027

La Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes a plaidé aujourd’hui devant la Commission de la condition de la femme pour un instrument juridiquement contraignant propre à mettre fin à « un phénomène omniprésent et généralisé ».  La Commission, qui poursuivait son débat général, a aussi tenu une table ronde sur les mécanismes nationaux en faveur de l’égalité entre les sexes.