Aller au contenu principal

Secrétaire général: Conférences de presse

SG/SM/21454

Revenu du Pakistan, pays touché par des inondations extrêmement graves, le Secrétaire général, M. António Guterres, a indiqué ce matin, lors d’une conférence de presse à la tonalité très sombre, qu’il y a vu « le monde de demain »: un « chaos climatique permanent d’une ampleur inimaginable ».  Il a exhorté les pays du G20, qui sont responsables de 80% des émissions de gaz à effet de serre, à accroître leur action climatique.  À quelques jours de l’ouverture du débat général de l’Assemblée générale, M. Guterres a aussi été interrogé sur plusieurs situations, dont la guerre en Ukraine où, a-t-il affirmé, « les chances de paix sont infimes ».

SG/SM/21236

Aux côtés de la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina Mohammed, et de la Secrétaire de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Mme Rebeca Grynspan, le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a présenté aujourd’hui, au cours d’une conférence de presse, le Rapport sur l’impact mondial de la guerre en Ukraine sur la nourriture, l’énergie et les financements. 

SG/SM/21115

Dans la foulée de son rapport sans concession à l’Assemblée générale sur l’état du monde, ravagé, selon lui, par « cinq foyers d’incendie » qui sont autant d’« accélérateurs de l’enfer », le Secrétaire général de l’ONU a lancé, cet après-midi, lors d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies à New York, un nouvel appel à l’action et à la solidarité pour répondre de toute urgence à ces problèmes « créés par l’humanité ». 

SG/SM/21054

À la suite de la cinquième Conférence annuelle Nations Unies-Union africaine (UA), qui s’est tenue mercredi à New York, M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU, et M. Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’UA, ont tous deux plaidé, devant la presse, pour la levée immédiate des restrictions de voyage imposées aux pays de l’Afrique australe après la détection du nouveau variant Omicron du coronavirus, dénonçant des mesures à la fois inefficaces et discriminatoires.

SG/SM/20993

« L’heure est grave. »  « Le compte à rebours est enclenché. ».  C’est par ces mots préoccupants que le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, et la Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), Mme Inger Andersen, ont, ce matin, dévoilé aux médias la dernière édition du rapport sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

SG/SM/20559

Le Secrétaire général, M. António Guterres, a appelé, aujourd’hui, lors d’une conférence de presse donnée en présentielle au Siège de l’ONU à New York, à saisir la chance d’une « remise à zéro » qu’offre la reprise après la COVID-19 pour répondre aux fragilités mondiales, renforcer la gouvernance mondiale et fournir des biens publics mondiaux.

SG/SM/20258

« La pandémie du COVID-19 est une crise qui ne ressemble à aucune autre et par conséquent, cette session de l’Assemblée générale ne ressemblera à aucune autre », a déclaré cet après-midi le Secrétaire général de l’ONU lors d’une conférence de presse, au cours de laquelle il a rendu public un rapport sur ce qu’a fait l’Organisation depuis le début de la pandémie de COVID-19 et sur ce qu’il reste à accomplir pour y mettre fin.

SG/SM/20003

« Nous n’avons plus de temps à perdre! »  À l’occasion d’une conférence de presse conjointe avec le Secrétaire de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) au siège de l’ONU à New York, le Secrétaire général a rappelé, aujourd’hui, l’urgence de l’action climatique, alors que 2019 a été la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée et que l’on s’éloigne dangereusement des objectifs minima de l’Accord de Paris

SG/SM/19958

En cette année 2020 qui marque le soixante-quinzième anniversaire des Nations Unies, le Secrétaire général s’est engagé, ce matin, lors d’une conférence de presse au Siège de l’ONU à New York, à tout faire pour briser le « cercle vicieux des souffrances et des conflits » et à promouvoir une « diplomatie de paix », afin d’arrêter le « vent de folie » actuel.