Aller au contenu principal
dbf221201

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 1er décembre 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conférence annuelle ONU-Union africaine 

Le Secrétaire général a quitté aujourd’hui Addis-Abeba, où il s’était rendu plus tôt dans la journée pour prendre part à la sixième conférence annuelle ONU-Union africaine. 

Au cours de cette conférence, coprésidée par lui-même et le Président de la Commission de l’Union africaine, M. Moussa Faki Mahamat, les participants ont discuté des progrès réalisés dans la mise en œuvre des cadres de coopération entre les deux organisations.   

Dans ses remarques aux médias à l’issue de la conférence, le Secrétaire général a réitéré l’importance du partenariat entre l’ONU et l’Union africaine.  Mais, a-t-il ajouté, nous devons donner un coup de fouet au développement et placer l’avenir de l’Afrique au cœur des solutions dont notre monde a besoin.  Le Secrétaire général a appelé à de nouveaux partenariats pour la prospérité et le développement sur le continent, mais aussi à un soutien accru pour faire face à la crise climatique.  

M. António Guterres a déclaré que du Sahel aux Grands Lacs, en passant par l’Éthiopie, des conflits profondément enracinés continuent de poser des défis.  L’ONU, a-t-il dit, continuera à travailler avec l’Union africaine pour apporter la paix, la prospérité et la justice climatique aux populations du continent africain. 

Plus tôt dans la journée, le Secrétaire général s’est entretenu avec le Premier Ministre éthiopien, M. Abiy Ahmed, et M. Mahamat s’est également joint à lui à cette occasion.  M. Guterres s’est également entretenu avec le Président fédéral de l’Éthiopie. 

Il sera demain à New York très tôt. 

Éthiopie 

En Éthiopie, malgré la signature de l’accord de cessation des hostilités, la situation humanitaire est dramatique dans les zones touchées par le conflit dans le nord du pays, avec plus de 13 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire, dont plus de 5 millions dans la région du Tigré. 

L’accès s’améliorant progressivement, l’ONU et ses partenaires s’efforcent de fournir d’urgence le plus de soutien possible aux personnes dans le besoin, où qu’elles se trouvent.  Les livraisons d’aide par voie routière, y compris de carburant, continuent d’atteindre le Tigré.  À ce jour, l’ONU, avec ses partenaires, a envoyé près de 550 camions de nourriture, entre autres, au Tigré, une aide qui vient s’ajouter à celle du Gouvernement.    

Les vols humanitaires des Nations Unies entre Addis-Abeba et le Tigré se poursuivent cette semaine.  Outre le transport du personnel humanitaire et de certaines marchandises, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) souligne qu’il sera essentiel de maintenir et d’accroître l’aide dans les régions d’Afar, d’Amhara et du Tigré, afin de répondre aux besoins élevés.  Mais d’autres régions du pays sont également confrontées à d’immenses besoins. 

Il s’agit notamment de celles touchées par la sécheresse dans le sud et l’est du pays, où près de 12 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire et où de récentes campagnes ont révélé des niveaux alarmants de malnutrition, en particulier chez les enfants. 

Selon l’Aperçu de la situation humanitaire mondiale 2023, qui a été rendu public aujourd’hui, l’ONU et ses partenaires lancent un appel d’un montant de 3,5 milliards de dollars pour aider plus de 26 millions de personnes en Éthiopie au cours de l’année à venir. 

Syrie  

En Syrie, un convoi interagences des Nations Unies de 16 camions avec à bord 482 tonnes de vivres, ainsi que d’autres fournitures humanitaires, a traversé la ligne de démarcation entre Alep et Sarmada, dans le nord-ouest de la Syrie.  Les articles comprenaient des médicaments, des tablettes nutritives et d’eau, d’assainissement et d’hygiène, des kits de santé reproductive et du matériel éducatif.  

Il s’agit du neuvième convoi transfrontalier, conformément au plan opérationnel interagences des Nations Unies élaboré après l’adoption de la résolution 2585 du Conseil de sécurité.  

Les conditions humanitaires continuent de se détériorer dans le nord-ouest du pays en raison des hostilités en cours et de l’aggravation de la crise économique dans le pays.  Environ 4,1 millions de personnes dépendent de l’aide pour répondre aux besoins les plus élémentaires, dont 80% de femmes et d’enfants.  

Bien qu’il s’agisse d’un complément important, l’opération transfrontalière n’est pas en mesure, à l’heure actuelle, de se substituer à la taille et à la portée de l’opération transfrontalière massive des Nations Unies, qui achemine chaque mois une aide vitale à 2,7 millions de Syriens, notamment de la nourriture et des vaccins. 

Appel humanitaire  

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et ses partenaires ont lancé aujourd’hui un appel humanitaire record d’un montant de 51,5 milliards de dollars pour 2023.  Il s’agit d’une hausse de 25% par rapport à l’an dernier.   

Cet appel intervient alors que 339 millions de personnes dans le monde ont besoin d’aide dans 69 pays.  Le nombre de personnes auxquelles l’ONU a l’intention de venir en aide a augmenté de près de 24% par rapport à la même période l’an dernier. 

Parmi les raisons de cette hausse, figurent la pression exercée sur les systèmes de santé publique par la COVID-19, la variole et les épidémies d’Ébola et de choléra.  Les changements climatiques entraînent également une augmentation des risques et de la vulnérabilité.  

Le plan d’intervention de l’Aperçu de la situation humanitaire mondiale détaille comment les agences d’aide se coordonnent autour de types d’aide spécifiques -notamment les abris, la nourriture, la santé maternelle, la nutrition des enfants et la protection– pour sauver et soutenir la vie d’un total de 230 millions de personnes dans le monde.  

Alors que les donateurs ont fourni un généreux financement d’un montant de 24 milliards de dollars à la mi-novembre, les besoins augmentent plus rapidement que jamais et le déficit de financement n’a jamais été aussi important, ce dernier étant actuellement de 53%. 

République démocratique du Congo (RDC)  

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a reçu des informations faisant état d’atteintes aux droits humains qui auraient été commises lors d’affrontements mardi entre les milices M23 et Maï-Maï, dans le village de Kishishe au Nord-Kivu, et ont fait un grand nombre de victimes civiles.  

L’ONU, qui condamne ces actes, a appelé toutes les autorités compétentes à enquêter sans délai sur les faits et à traduire les auteurs en justice.  Le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme a été saisi de la question et se tient prêt à contribuer à ces efforts. 

L’ONU réitère l’appel du Secrétaire général à tous les groupes armés congolais et étrangers à déposer immédiatement les armes et à participer aux processus de désarmement, de démobilisation, de réintégration et de rapatriement. 

Malawi  

Le Malawi, où l’épidémie du choléra touche les 29 districts du pays, a lancé aujourd’hui une campagne de vaccination orale contre cette maladie, ciblant 2,9 millions de personnes.  L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a facilité l’achat de 2,9 millions de doses de vaccin pour le compte du Gouvernement, et cela a été financé par l’Alliance du Vaccin (GAVI).  

Il s’agit de la deuxième campagne de vaccination contre le choléra dans le pays, la première ayant eu lieu en juin dans la partie sud du Malawi où plus d’un million et demi de personnes ont été touchées.  

Par ailleurs, l’OMS, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et d’autres partenaires soutiennent le Gouvernement pour fournir des soins cliniques dans des centres de traitement dédiés.  

Venezuela 

La Plateforme régionale de coordination interagences pour les réfugiés et les migrants du Venezuela, codirigée par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a lancé un plan régional de 1,72 milliard de dollars pour soutenir les réfugiés et les migrants du Venezuela dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes.  

Ce fonds a pour vocation de répondre à leurs besoins humanitaires et à compléter les efforts des pays hôtes tout en favorisant l’intégration socioéconomique.  

M. Eduardo Stein, le Représentant spécial conjoint du HCR et de l’OIM pour cette question, a déclaré que de nombreux réfugiés et migrants du Venezuela ont vu leur vie s’arrêter et que des millions de personnes ont du mal à nourrir leurs familles et à reconstruire leur vie.  Ils ont cependant l’envie de contribuer à leurs communautés d’accueil avec les connaissances, les compétences et la créativité dont ils disposent.  

Journée mondiale du sida  

Aujourd’hui est observée la Journée mondiale de lutte contre le sida.  Dans un message adressé à cette occasion, le Secrétaire général rappelle que le monde s’est engagé à mettre fin au sida d’ici à 2030, mais que nous ne sommes pas en bonne voie.  

Il souligne que pour y parvenir, nous devons mettre fin aux inégalités qui bloquent les progrès.  En cette Journée mondiale de lutte contre le sida, dit-il, nous demandons d’une seule voix: « Poussons pour l’égalité! »   

Pour le Secrétaire général, ce slogan est un appel à l’action et à adopter les mesures concrètes pour mettre fin au sida.  Il insiste sur le fait que les inégalités qui perpétuent la pandémie peuvent et doivent être surmontées.  

Coordonnateurs résidents  

Quatre nouveaux Coordonnateurs résidents ont été nommés aujourd’hui.  Le Bureau de la coordination des activités de développement des Nations Unies a annoncé que M. Nelson Muffuh, du Cameroun, prendra ses fonctions en Afrique du Sud; M. Hopolang Phororo, du Lesotho, en Namibie; Mme Nathalie Fustier, de la France, au Maroc; et M. Olufunmilayo Abosede Balogun-Alexander, du Nigéria, au Timor-Leste.  

Ces quatre coordonnateurs, qui prennent leurs fonctions aujourd’hui, ont été nommés par le Secrétaire général et confirmés par les gouvernements des pays où ils vont travailler.  

Invité du point de presse de demain  

Demain, M. Máximo Torero, l’Économiste en chef de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), donnera une conférence de presse sur le dernier indice FAO des prix des produits alimentaires.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.