dbf240612

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 12 juin 2024

(La version française du point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Déplacements du Secrétaire général

Aujourd’hui à Genève, le Secrétaire général a ouvert la célébration du soixantième anniversaire de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, à présent connue sous le nom de l’ONU Commerce et développement.

Le Secrétaire général a ensuite parlé aux journalistes de sa participation à la prochaine réunion du G7 en Italie.  Il a dit que le monde fait face à des problèmes profonds sur plusieurs fronts et que les dirigeants du G7 ont une responsabilité particulière.  Sur le climat, a-t-il précisé, le G7 doit s’engager à renoncer aux combustibles fossiles d’ici à 2030.  Il doit travailler sur l’architecture financière internationale qui est dépassée, dysfonctionnelle et injuste.  Les pays riches y sont trop représentés et les pays pauvres, presque ignorés.  Nous devons aussi agir, a poursuivi le Secrétaire général, sur l’intelligence artificielle qui est une question centrale de la gouvernance aujourd’hui.

Sur Gaza, M. António Guterres a salué la dernière initiative de paix du Président Joe Biden et a exhorté toutes les parties à saisir cette occasion pour décréter un cessez-le-feu, libérer les otages et ouvrir la voie à une solution à deux États.

Le Secrétaire général a ajouté qu’il faut travailler ensemble pour la paix en Ukraine, une paix juste et fondée sur la Charte des Nations Unies et le droit international.

Le Secrétaire général a aussi fait une déclaration à l’Union internationale des télécommunications. 

G7

À la veille du Sommet du G7, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Martin Griffiths, appelle les dirigeants du Groupe à user de leur influence pour prévenir une famine provoquée par l’homme.

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, il prévient que les conflits causent la faim dans trop de parties du monde, du Mali au Myanmar.  Il ajoute cependant que nulle part ailleurs, le choix entre l’inaction et l’oubli n’est aussi clair qu’à Gaza et au Soudan.

À Gaza, la moitié de la population, soit plus d’un million de personnes, pourrait risquer la mort ou la faim d’ici à la moitié du mois de juin.  Au Soudan, 5 millions de personnes au moins sont presque au bord de la famine, y compris dans les parties déchirées par la guerre d’Al-Jazirah, du Darfour, de Khartoum et du Kordofan.

M. Griffiths dit qu’attendre que l’on proclame officiellement la famine avant d’agir serait une sentence de mort pour des centaines de milliers de gens mais aussi un scandale moral.  Il appelle les pays du G7 à mobiliser leur grand effet de levier politique et leurs ressources financières pour faire en sorte que les organisations humanitaires puissent aider toutes les personnes dans le besoin.

Territoire palestinien occupé

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) prévient que près de 3 000 enfants, dans le sud de Gaza, sont privés de traitement pour la malnutrition modérée ou grave, ce qui est une menace de mort.

Le Fonds se dit également préoccupé par le fait que le nombre des cas de malnutrition pourrait continuer d’augmenter puisque les services de traitement s’effondrent.

Seuls deux des trois centres de stabilisation qui soignent vraiment les enfants malnutris à Gaza fonctionnent encore.  L’UNICEF dit que les plans pour ouvrir de nouveaux centres ont été retardés par les opérations militaires en cours dans la bande de Gaza.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), l’escalade des hostilités dans tout Gaza représente toujours un obstacle de taille à l’accès aux soins de santé.  Malgré ces problèmes, les partenaires humanitaires, qui travaillent dans le secteur de la santé, aident quelque 280 000 personnes par semaine à Gaza.

Par ailleurs, la pénurie de gaz de cuisson et l’absence d’une centrale électrique publique compromettent le maintien en vie des cuisines communautaires et des boulangeries.  Les efforts visant à distribuer de la nourriture sont toujours limités par les combats, les routes endommagées, le nombre limité de points d’entrée vers Gaza, le peu d’heures d’ouverture des points de passage et de contrôle et le nombre limité de camions autorisés à passer.

L’OCHA ajoute que la situation en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, se détériore, compte tenu de la violence des forces israéliennes et des colons.  Depuis le 7 octobre, plus de 520 Palestiniens, dont le quart sont des enfants, ont été tués.  Presque trois quarts des victimes ont perdu la vie pendant les opérations menées par les forces israéliennes.  Pendant la même période, plus de 5 200 Palestiniens ont été blessés.

L’OCHA dit que la violence des colons israéliens contre les Palestiniens s’aggrave aussi, avec plus de 960 attaques signalées, depuis le 7 octobre.

République populaire démocratique de Corée (RPDC)

Ce matin, M. Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a informé le Conseil de sécurité de la situation en RPDC. 

Soudan du Sud

La communauté humanitaire s’efforce de répondre aux besoins urgents de centaines de milliers de personnes, y compris celles qui fuient le conflit dans les pays voisins et les communautés d’accueil.

Hier, la Coordonnatrice humanitaire au Soudan du Sud, Mme Anita Kiki Gbeho, a ponctionné le Fonds humanitaire pour le Soudan du Sud d’une somme de 20 millions de dollars pour apporter une aide vitale à quelque 290 000 personnes les plus vulnérables dans quatre endroits proches de la frontière avec le Soudan.

Quelque 700 000 personnes sont arrivées au Soudan du Sud depuis le mois d’avril 2023, quand le conflit a éclaté au Soudan.

Cette première affectation vient à un moment critique pour éviter que la faim ne s’aggrave dans le pays, étant donné que la saison sèche devrait accroître les niveaux d’insécurité alimentaire et de malnutrition.

Mme Gbeho a dit que malgré les contributions généreuses des donateurs, il faut des fonds additionnels.  Au cinquième mois de l’année, le Plan de réponse humanitaire 2024 pour le Soudan du Sud n’est financé qu’à moins de 20%, soit 327 millions de dollars sur le 1,8 milliard requis.

République démocratique du Congo (RDC)

Les Casques bleus ont déployé une patrouille pour protéger les civils, après les affrontements entre les membres des groupes armés Zaire et CODECO, dans un site minier à environ 40 kilomètres de Bunia, dans la province de l’Ituri.  Les affrontements auraient fait sept victimes.

Une équipe formée de personnel civil et militaire a aussi effectué une mission dans la zone de Bikima, à environ 65 kilomètres de Bunia, pour prendre contact avec les membres de la communauté et les déplacés affectés par les attaques des Forces démocratiques alliées (ADF).  Plus de 700 familles ont fui à cause des attaques des ADF, aux mois de mars et d’avril.  Depuis le 25 mai, plus de 100 civils ont perdu la vie dans une série d’attaques des ADF en Ituri et dans le Nord-Kivu.

République centrafricaine

La Mission des Nations Unies (MINUSCA) aide toujours le Gouvernement à renforcer l’état de droit et les services de justice pénale essentiels pour prévenir les conflits et jeter les bases d’une paix durable.

La Mission a offert une formation sur l’évaluation des risques à 54 fonctionnaires du système carcéral, dont 12 femmes, qui travaillent dans des prisons à Bangui et dans sept autres villes.

La formation a porté sur le renforcement de la sécurité et de la gestion des établissements pénitentiaires, tout en améliorant la réintégration des détenus.

Par ailleurs, les Casques bleus ont effectué des patrouilles dans de nombreux endroits de l’ouest du pays pour empêcher l’infiltration d’éléments armés.

Ukraine

Représentant ce matin le Secrétaire général à la Conférence sur la reconstruction de l’Ukraine qui se tient à Berlin, l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), M. Achim Steiner, a déclaré que là où la sécurité le permet, l’ONU a considérablement intensifié ses efforts de reconstruction, en mettant en œuvre des programmes de 1,1 milliard de dollars pour la reconstruction et le développement entre 2022 et 2023, avec l’intention d’investir un autre montant de 1 milliard de dollars en 2024.

Ces efforts se font avec le souci de l’égalité des sexes, de l’inclusion et d’une reconstruction verte.

Sur place, l’équipe de pays des Nations Unies a intensifié ses efforts de reconstruction dans tout le pays, pendant les premiers mois de cette année.  L’équipe dit que, dans ce cadre, des campagnes sur l’action antimines ont été menées auprès de plus de 300 000 enfants et de ceux qui en prennent soin, rien qu’entre les mois de mars et d’avril.  Elle appuie aussi le secteur de l’énergie.

Par ailleurs, à l’invitation du Président de la Confédération helvétique, l’ONU sera représentée, comme observatrice, au plus niveau, au prochain Sommet de Bürgenstock, en Suisse, les 15 et16 juin.  Cet arrangement correspond à ce qui s’est fait avant lors des discussions sur la paix en Ukraine.  L’ONU réitère son appui à une paix juste et durable en Ukraine, conforme à la Charte des Nations Unies, au droit international et aux résolutions de l’Assemblée générale.

Malawi

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, le Secrétaire général se dit profondément attristé par la mort du Vice-Président du Malawi, Saulos Chilima. 

Énergie

Un nouveau rapport publié aujourd’hui par l’ONU et ses partenaires dit que le monde n’est pas sur la voie pour réaliser l’objectif 7 du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Le rapport de l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA), de la Division de statistique des Nations Unies, de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) prévient que les inégalités dans l’accès à l’énergie s’aggravent alors que la croissance démographique surpasse les nouvelles connexions.

Quelque 685 millions de personnes vivaient sans électricité en 2022, et 2,1 milliards de personnes dans le monde dépendent toujours de combustibles nocifs pour cuisiner.

Mais le rapport dit aussi que les énergies renouvelables ont augmenté considérablement, ces deux dernières années et que l’efficacité énergétique s’améliore progressivement après une baisse pendant la pandémie.

Travail des enfants

La Journée mondiale contre le travail des enfants est commémorée aujourd’hui sur le thème « Respectons nos engagements: Mettons fin au travail des enfants ».

L’Organisation internationale du Travail (OIT) souligne que si beaucoup de progrès ont été enregistrés, au fil des ans, les dernières années ont vu une tendance inverse dans le monde entier.  Selon l’OIT, près d’un enfant sur 10 travaille.

Conférence de presse

Demain à 10 heures, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour la question des enfants et des conflits armés, Mme Virginia Gamba, donnera une conférence de presse sur son dernier rapport.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.