Aller au contenu principal
dbf220404

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 4 avril 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Invités du point de presse

Les invités du point de presse ont parlé aujourd’hui de la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines.  Il s’agissait de la Directrice par intérim du Service de l’action antimines des Nations Unies, Mme Ilene Cohn; de l’Envoyé spécial pour l’universalisation de la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel et Lord Chamberlain de la Cour royale hashémite, le Prince Mired de Jordanie; de la Représentante permanente de la Colombie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, Mme Alicia Victoria Arango Olmos; du Représentant permanent adjoint de la Suisse auprès des Nations Unies, M. David Hauri; du Directeur de la Campagne internationale sur l’interdiction des mines terrestres, M. Hector Guerra; et du photographe et survivant des restes explosifs de guerre, M. Giles Duley.  

Cette conférence a été suivie de celle de la Représentante permanente du Royaume-Uni auprès des Nations Unies et Présidente du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, Mme Barbara Woodward, qui a parlé du programme mensuel du Conseil.  

Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines

La Journée internationale est commémorée aujourd’hui et dans son message, le Secrétaire général rappelle les progrès accomplis pour nettoyer notre planète des restes explosifs de guerres – et le chemin qu’il reste à parcourir.  À ce jour, dit-il, plus de 160 États ont signé la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel et il est désormais quasi universellement admis que les mines terrestres sont inacceptables.

Toutefois, il existe encore des stocks de millions de mines et on trouve toujours ces armes ignobles dans plus de 50 pays.   

En Ukraine, par exemple, l’héritage légué par un seul mois de guerre prendra des décennies à liquider et menacera les vies humaines longtemps après que les armes se seront tues.    

La lutte antimines est un investissement dans l’humanité.  C’est une condition préalable à l’action humanitaire et le fondement d’une paix et d’un développement durables, souligne le Secrétaire général.

Climat

Par message vidéo, le Secrétaire général est intervenu à la conférence de presse sur le lancement du troisième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques (GIEC).  

Il a estimé que le rapport est une litanie de promesses non tenues et un dossier de la honte, reprenant les promesses vaines qui nous placent fermement sur la voie d’un monde invivable.  

C’est une urgence climatique mais les gouvernements et les entreprises les plus pollueurs ne ferment pas seulement les yeux, ils jettent en plus de l’huile sur le feu, a-t-il martelé.  

Le Secrétaire général a ajouté que les activistes du climat sont parfois décrits comme de dangereux radicaux mais que les vrais dangereux radicaux sont les pays qui augmentent la production des combustibles fossiles.  

Il a appelé les pays à tripler la vitesse du changement vers les énergies renouvelables et à cesser de financer le charbon non seulement à l’étranger mais chez eux.  

Les promesses et les plans climatiques doivent être traduits dans la réalité et en actes, maintenant, insiste le Secrétaire général.  

Ukraine

Le Secrétaire général a publié hier une déclaration dans laquelle il se dit profondément choqué par les images de civils tués à Boutcha. 

Il est essentiel, dit-il, qu’une enquête indépendante soit menée pour établir concrètement les responsabilités.

La Coordonnatrice humanitaire, Mme Osnat Lubrani, s’est également dite dévastée par les images des personnes qui ont été tuées et soumises à une violence horrible à Boutcha, à Irpin, Hostomel et d’autres parties de l’Ukraine.  

Elle a ajouté que la Mission de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies en Ukraine essaye de se rendre dans les lieux sans délai, indiquant que dans le pays, l’ONU suit très étroitement les attaques contre les écoles, les hôpitaux et autres infrastructures civiles.  

Les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires réitèrent leur appel aux parties au conflit pour qu’elles honorent leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et protègent les personnes et infrastructures civiles.  

Au 31 mars, les agences de l’ONU et leurs partenaires avaient distribué à plus de 1,4 million de personnes une assistance multisectorielle essentielle.  

Avec les derniers développements et depuis le 24 février, la Commission des droits de l’homme des Nations Unies a déjà répertorié plus de 3 520 victimes civiles en Ukraine, dont environ 1 430 morts parmi lesquels plus de 120 enfants.  Les chiffres réels sont probablement plus beaucoup élevés puisque que les informations reçues d’autres endroits affectés par de violents combats doivent être vérifiées.  

S’agissant du financement de l’aide humanitaire, l’ONU a reçu près de 20 millions de dollars de plus, ces derniers jours.  À cette date, l’Organisation a collecté un peu plus de la moitié du 1,1 millard de dollars demandés dans l’Appel éclair.  

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Martin Griffiths, est à Moscou où il a eu plusieurs réunions de haut niveau avec des responsables du Gouvernement russe, dont le Ministre des affaires étrangères, M. Sergey Lavrov, le Vice-Ministre des affaires étrangères, M. Sergei Vershinin, et le Ministre de la défense, M. Sergey Shoigu. 

Les réunions de M. Griffiths ont pour objectif d’explorer de possibles arrangements et accords sur un cessez-le-feu humanitaire avec les parties au conflit, comme l’a demandé le Secrétaire général.  La visite sert l’objectif humanitaire de protéger les civils et d’assurer un accès à l’aide.  

Demain, M. Griffiths interviendra au Conseil de sécurité, aux côtés de son homologue des affaires politiques et de consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo.  

M. Griffiths espère ensuite se rendre en Ukraine et reste en contact permanent avec les autorités de Kiev.

Yémen

Samedi dernier, l’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Hans Grundberg, a marqué le début de la trêve de deux mois acceptée au Yémen.  Il a souligné l’importance qu’il y a à tirer parti de l’accord pour restaurer un certain niveau de confiance entre les belligérants et reprendre un processus politique visant à mettre fin au conflit.   

Les termes de la trêve de deux mois incluent la facilitation de l’entrée de 18 pétroliers dans les ports de Hodeïda et l’autorisation de deux vols commerciaux par semaine à destination et en provenance de l’aéroport de Sanaa.  Les termes incluent aussi la convocation d’une réunion entre les parties sur l’ouverture des routes à Taez et ailleurs pour améliorer la libre circulation des personnes dans le pays.  

Dans ses remarques à la presse, vendredi dernier, le Secrétaire général a exhorté les parties à profiter de cette occasion pour coopérer de bonne foi et sans condition préalable avec l’Envoyé spécial qui déploie des efforts pour la reprise d’un processus politique yéménite inclusif et global.  Le but ultime, a dit le Secrétaire général, doit être un règlement politique négocié qui traite des préoccupations et des aspirations légitimes de tous les Yéménites.  

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies (MINUSS) a salué la décision prise hier par les signataires de l’Accord de paix revitalisé d’unifier les structures de commandement des forces de sécurité.  

La Mission estime qu’il s’agit d’un pas important et très attendu vers la réalisation des autres critères de l’accord de paix et espère qu’il contribuera à lever les autres obstacles à la tenue en temps voulu d’élections justes et libres.

Il reste beaucoup à faire mais la Mission salue cette étape positive vers la garantie d’une paix durable pour tout le peuple sud-soudanais.  

Mali

La Mission des Nations Unies (MINUSMA) a lancé une enquête après les informations faisant état de civils tués pendant les affrontements de la semaine dernière entre les forces armées maliennes et des militants à Mourrah, à environ 400 kilomètres au nord-est de Bamako.  

Les Casques bleus sont très préoccupés par ces informations et travaillent pour vérifier les faits et les circonstances de l’incident mais aussi pour voir si des violations et des abus des droits humains ont été commis.  

Les préparatifs sont en cours pour qu’une mission d’établissement des faits puisse se rendre dans la zone.  La MINUSMA a déjà pris des contacts directs avec les autorités maliennes.  

Sri Lanka  

L’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Hanaa Singer-Hamdy, suit de près la situation après les périodes de plus en plus rapprochées de coupure d’électricité et de pénurie de carburant et ce, dans le contexte d’une inflation galopante et de la dévaluation de la monnaie.  

La Coordonnatrice résidente a indiqué que les libertés de réunion, d’association et d’expression sont des droits fondamentaux et universels qui contribuent à renforcer le dialogue entre les citoyens et l’État.  Vendredi dernier, elle a appelé tous les groupes à la retenue et à l’apaisement des tensions, inquiète des informations sur des actes de violence.  L’équipe des Nations Unies encourage tous les citoyens à entamer un dialogue sur des solutions pacifiques.  

Sierra Leone  

L’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Babatunde Ahonsi, continue d’aider les autorités à riposter à la COVID-19.  À ce jour, la Sierra Leone a reçu près de trois millions de doses de vaccin par le Mécanisme COVAX.  Plus de 1,7 million de personnes ont reçu au moins une dose.  

Malgré l’impact de la pandémie sur l’éducation, le pays a connu, grâce au soutien de l’équipe des Nations Unies, une hausse de 36% des taux d’inscription à l’enseignement primaire et à l’enseignement secondaire, entre 2020 et 2021; deux millions d’enfants ayant reçu leurs vaccins habituels.  

L’équipe des Nations Unies contribue aussi à un nouveau schéma pour booster la production alimentaire dans les écoles, lancé désormais dans 17 écoles.  Plus de 14 000 enfants ont désormais accès à l’eau et à des systèmes d’assainissement dans les écoles et 100 000 autres personnes, à des systèmes élémentaires d’accès à l’eau potable.  

L’équipe contribue également à l’amélioration de l’accès aux énergies renouvelables.  Elle a construit, dans les zones rurales, plus de 800 mini-centrales au profit de près de 300 000 personnes.  En outre, 123 000 personnes affectées par la crise ont reçu nourriture et transfert d’argent alors que 2 000 survivantes de la violence ont bénéficié d’une attention et de soins de qualité.  Quelque 16 000 filles ont eu accès à des services de santé et de protection.  

Kirghizistan

L’ONU a pris note de l’accord conclu entre le Gouvernement du Kirghizistan et « Centerra Gold Inc. » sur la mine d’or de Kumtor.  

Contribution financière  

Le Nicaragua et la Turquie ont payé la totalité de leur contribution au budget ordinaire de l’ONU pour 2022, faisant grimper le nombre des États Membres qui ont fait de même à 83.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.