Aller au contenu principal
dbf220614

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 juin 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Ukraine

Les agences humanitaires indiquent que la situation à Donetsk reste extrêmement tendue.  L’escalade des hostilités depuis la semaine dernière fait payer un lourd tribut aux civils, y compris aux travailleurs humanitaires vivant dans la ville.

Au cours des seules dernières 24 heures, des civils, y compris des enfants, ont été tués ou blessés.

S’agissant des attaques contre des hôpitaux qui ne se trouvent pas dans une zone contrôlée par le Gouvernement à Donetsk et au cours desquelles au moins cinq établissements de santé ont été touchés par des bombardements, dont une maternité, le porte-parole a indiqué que selon le personnel de l’ONU sur le terrain, personne n’a été tué ou blessé.  Cependant, certaines femmes enceintes ont dû être transférées vers d’autres hôpitaux.

Malheureusement, cette dernière attaque contre des hôpitaux n’est pas un phénomène nouveau dans cette guerre.

Depuis le début de la guerre, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) affirme qu’il y a eu au moins 295 attaques contre des établissements de santé à travers l’Ukraine, et que les chiffres actuels sont malheureusement et probablement beaucoup plus élevés.

À Donetsk, des infrastructures essentielles –notamment des maisons, des écoles, des hôpitaux et des marchés– ont été touchées dans toute la région au cours de la semaine dernière.  Cela a rendu la vie presque insupportable pour les habitants qui sont également confrontés à de graves pénuries d’eau et qui sont parfois incapables de quitter leur domicile pendant des jours entiers en raison des combats.

L’ONU et ses partenaires humanitaires continuent de dialoguer au plus haut niveau avec les parties au conflit et les appellent à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire de protéger les civils et les infrastructures civiles.

Cela doit également inclure la protection du personnel humanitaire de l’ONU et la facilitation du mouvement des fournitures et du personnel de secours vers les zones où les gens ont besoin de notre soutien.  De nombreuses vies sont en jeu.

Pour sa part, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a déclaré aujourd’hui qu’à ce jour, elle avait atteint 65 000 personnes avec un soutien agricole d’urgence et une aide en espèces.  De plus, 24 700 personnes supplémentaires seront prises en charge dans les semaines à venir.

En collaboration avec des partenaires locaux et internationaux, la FAO travaille également sur une évaluation des dommages et des pertes du secteur agricole ukrainien, afin de répertorier l’impact de la guerre sur la production, les infrastructures, les investissements, les installations de stockage, les exportations, les importations et les rendements attendus pour les récoltes de cette année.

Dans le cadre du Plan d’intervention rapide révisé de la FAO, qui demande 115,4 millions de dollars pour aider 979 320 personnes dans les zones rurales jusqu’en décembre, seuls 13,4 millions de dollars du financement requis ont été reçus.  La FAO souligne que de nouvelles contributions sont nécessaires de toute urgence pour renforcer la production agricole et apporter un soutien aux ménages vulnérables.

Indonésie

Ce matin, le Secrétaire général s’est entretenu avec le Président de la République d’Indonésie, M. Joko Widodo.  Le Secrétaire général a remercié le Président Widodo pour le soutien de l’Indonésie aux Nations Unies et aux efforts multilatéraux visant à relever les défis mondiaux.

Les deux hommes ont également discuté des implications mondiales de la guerre en Ukraine, notamment dans le domaine de la sécurité alimentaire.  Le Secrétaire général a informé le Président Widodo des efforts déployés par l’ONU pour permettre l’accès des céréales et des engrais d’Ukraine et de Russie aux marchés mondiaux.

Le Secrétaire général a également exprimé son soutien à la présidence indonésienne du G20 en 2022.

Yémen

Cet après-midi, le Conseil de sécurité tiendra une séance d’information, suivie de consultations, sur la situation au Yémen.

Les membres du Conseil entendront à la fois l’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Hans Grundberg, et le Chef de la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH), le général Michael Beary.  Ce dernier sera également l’invité du point de presse de demain.

Climat

Ce matin, le Secrétaire général s’est adressé, dans un message vidéo, au sixième Sommet mondial autrichien convoqué par le Gouvernement autrichien et M. Arnold Schwarzenegger.

Le Secrétaire général a déclaré que la fenêtre pour prévenir les pires impacts de la crise climatique se referme rapidement alors que la plupart des promesses nationales d’action pour le climat ne sont tout simplement pas suffisantes.  Il a déclaré que nous assistons à une déconnexion historique et dangereuse, la science et les citoyens exigeant une action climatique ambitieuse et transformatrice, tandis que de nombreux gouvernements traînent des pieds.

Il a ajouté que le nouveau financement des infrastructures d’exploration et de production de combustibles fossiles est « délirant » et ne fera qu’alimenter davantage le fléau de la guerre, de la pollution et de la catastrophe climatique.

Il a également réitéré son appel aux gouvernements du G20 pour qu’ils démantèlent les infrastructures charbonnières, avec une élimination complète d’ici à 2030 pour les pays de l’OCDE et 2040 pour tous les autres.  Il a en outre appelé tous les acteurs financiers à abandonner le financement des énergies fossiles et à investir dans les énergies renouvelables.

Handicap

Ce matin, le Secrétaire général s’est adressé en personne à la quinzième session de la Conférence des États parties à la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Il a déclaré que les progrès dans la protection des droits des personnes handicapées et les efforts pour construire un monde plus inclusif et accessible ont été entravés par la pandémie.

La COVID-19 a révélé les inégalités existantes et fait naître de nouvelles menaces, affectant plus encore les personnes handicapées.

Le Secrétaire général a également souligné que les priorités mises en évidence par la Conférence de cette année devaient être traitées avec la participation active des personnes handicapées dans toute leur diversité et leur pleine inclusion dans le processus décisionnel.

Nous avons besoin du leadership des personnes handicapées, en particulier des femmes, et de leurs organisations représentatives, a-t-il dit.

PAM - Service aérien d’aide humanitaire des Nations Unies

Le Programme alimentaire mondial (PAM), qui assure le fonctionnement du Service aérien d’aide humanitaire des Nations Unies (UNHAS), a averti aujourd’hui que les vols qu’il opère en Guinée et au Niger pour le système de l’ONU et ses partenaires seront cloués au sol d’ici août, à moins de recevoir un supplément de 6,4 millions de dollars de financement.

Le PAM indique que le prix élevé du carburant, évidemment lié au conflit en Ukraine, a entraîné des coûts plus élevés que prévus pour l’entretien et le fonctionnement de l’avion.

Cette situation risque de priver les communautés d’une aide vitale à un moment où les besoins humanitaires sont sans précédent.

Le PAM exhorte les gouvernements, les donateurs et les partenaires à intensifier leur soutien à ce service crucial qui profite à l’ensemble de la communauté humanitaire.

Burkina Faso

Les agences humanitaires indiquent que les récentes attaques contre la localité de Seytenga, dans la région du Sahel du Burkina Faso, ont poussé près de 3 500 personnes à fuir leur foyer, et que ce nombre ne cesse d’augmenter.

Avec ses partenaires humanitaires, l’ONU s’efforce de mobiliser le plus rapidement possible l’aide aux personnes touchées.  Une réponse rapide, comprenant de la nourriture, des abris et des soins de santé, entre autres services, est en cours dans la capitale régionale de Dori. 

Nous nous joignons au Chef du Bureau des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel (UNOWAS), M. Mahamat Saleh Annadif, et à la Coordonnatrice résidente au Burkina Faso, Mme Barbara Manzi, pour condamner fermement cette attaque, a indiqué le porte-parole.

Plus de 1,9 million d’hommes, de femmes et d’enfants –dont près des deux tiers sont des enfants– sont actuellement déplacés au Burkina Faso en raison de l’insécurité grandissante.

Près d’une personne sur cinq dans le pays a un besoin urgent d’aide humanitaire.

Le Plan de réponse humanitaire 2022 qui vise à lever 591 millions de dollars pour aider les personnes les plus vulnérables n’est financé qu’à 15%.

Soudan

Les agences humanitaires indiquent que les récents affrontements intercommunautaires dans l’ouest du Darfour ont provoqué la mort de plus de 100 personnes, avec quelque 50 000 hommes, femmes et enfants contraints de fuir leur foyer.

De nombreuses maisons ont été détruites et le bétail volé.

Si la situation sécuritaire le permet, l’ONU et ses partenaires humanitaires prévoient de se rendre dès aujourd’hui dans la région pour évaluer les besoins, ainsi que pour aider à enregistrer les personnes touchées par la violence.

La violence au Darfour occidental et dans d’autres États empêche les agriculteurs de cultiver leurs terres, ce qui, avec le début des pluies, risque d’aggraver l’insécurité alimentaire.

Soudan du Sud

Près d’un tiers des Sud-Soudanais en situation d’insécurité alimentaire aiguë que le Programme alimentaire mondial (PAM) prévoyait d’aider cette année se retrouveront sans aide alimentaire humanitaire en raison de graves pénuries de financement.  Cela augmente le risque de famine pour 1,7 million de personnes.  Le PAM a averti que la suspension de l’aide intervient au pire moment possible pour la population du Soudan du Sud alors que le pays fait face à une année de famine sans précédent.

Selon le PAM, plus de 60% de la population du pays est aux prises avec une grave insécurité alimentaire pendant la période de soudure, alimentée par la poursuite des conflits, de graves inondations, une sécheresse localisée et la flambée des prix alimentaires évidemment aggravée par la crise en Ukraine.  Le PAM a indiqué qu’il avait épuisé toutes les options avant de suspendre l’aide alimentaire, y compris la réduction de moitié des rations en 2021, laissant les familles dans le besoin avec moins de nourriture à manger.

Cabo Verde – COVID-19

L’équipe des Nations Unies à Cabo Verde, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Ana Graça, continue de soutenir la riposte et la reprise du pays après la pandémie.  En mai, plus de 325 000 personnes, soit près de 85% de la population de plus de 18 ans de ce pays et plus de 38 000 adolescents, avaient été entièrement vaccinés.  L’équipe des Nations Unies veille également à ce que d’autres services de santé restent disponibles, notamment l’UNICEF qui fournit un soutien technique pour la vaccination de plus de 4 500 filles contre le papillomavirus humain (PVH), dépassant l’objectif d’au moins 90% de couverture vaccinale.  Dans le domaine de l’éducation, grâce à un partenariat public-privé entre l’UNICEF et la fondation suédoise Akelius, 2 000 élèves du primaire ont également reçu des laboratoires technologiques entièrement équipés pour améliorer leurs compétences en mathématiques et en langues.

Liban

La Coordonnatrice spéciale pour le Liban, Mme Joanna Wronecka, a déclaré hier soir dans un tweet qu’elle avait eu une discussion inspirante ce soir-là avec le Conseiller principal américain pour la sécurité énergétique, M. Amos Hochstein.

Elle a indiqué que l’ONU s’est engagée à soutenir une délimitation convenue et mutuellement bénéfique de la frontière maritime entre le Liban et Israël.

Journée mondiale du don de sang 

Aujourd’hui est la Journée mondiale du don de sang qui a pour thème cette année « Donner son sang: un acte de solidarité.  Rejoignez le mouvement et sauvez des vies! ».

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) note que le besoin de sang est universel, mais que son accès est limité, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où les pénuries affectent particulièrement les femmes et les enfants qui ont tendance à être les personnes qui ont le plus besoin de sang.  Plus d’informations sont disponibles en ligne.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.