Aller au contenu principal

Consolidation de la paix

CCP/141

Le Comité d’organisation de la Commission de consolidation de la paix a élu, ce matin à l’unanimité, la Représentante permanente du Bangladesh à la présidence de la Commission.  Première femme à occuper cette fonction, Mme Fatima Rabab prend les rênes d’une Commission encouragée par ses membres à présenter des recommandations efficaces à la première réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur le financement de la consolidation de la paix prévue plus tard cette année. 

ECOSOC/7068-CCP/140

La pandémie de COVID-19, les changements climatiques, la hausse de la pauvreté et de la faim ainsi que les conflits persistants menacent notre capacité à respecter la promesse d’une vie meilleure et d’une planète saine, comme le prévoit le Programme de développement durable à l’horizon 2030, a résumé Mme Amina J. Mohammed, Vice-Secrétaire générale de l’ONU, à l’entame, ce matin, d’une réunion conjointe entre le Conseil économique et social (ECOSOC) et la Commission de consolidation de la paix (CCP).

Dbf211108

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a averti aujourd’hui que le nombre de personnes au bord de la famine dans 43 pays est passé de 42 à 45 millions de personnes, alors que la faim aiguë se répand dans le monde.  Le PAM relève que cette augmentation s’explique par les récentes données d’évaluation de la sécurité alimentaire qui montrent que 3 millions de personnes supplémentaires se trouvent en phase 4 du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire en Afghanistan.

CS/14681

Le Conseil de sécurité a décidé ce matin, de proroger jusqu’au 31 octobre 2022 le mandat de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO).  L’adoption par 13 voix contre zéro, avec 2 abstentions (Fédération de Russie et Tunisie), de la résolution 2602 (2021) a suscité les commentaires de 7 des 15 membres du Conseil.  Le mandat de la MINURSO n’a pas fait l’objet d’un renouvellement consensuel depuis 2017.

Dbf211022

Nos collègues humanitaires en Afghanistan indiquent qu’entre le 1er septembre et le 15 octobre, nous avons fourni, avec nos partenaires, une aide alimentaire à quatre millions de personnes dans le pays.  Nous avons également dispensé des soins de santé primaires à 790 000 personnes, fourni un traitement contre la malnutrition aiguë à plus de 85 000 enfants et soutenu plus de 27 000 personnes avec des services psychosociaux.  En outre, nous avons aidé 165 000 personnes touchées par la sécheresse avec du camion d’eau, atteint plus de 39 000 enfants avec des activités éducatives communautaires et soutenu près de 54 000 personnes avec une assistance non alimentaire standard.

 

CS/14659

Le Conseil de sécurité a tenu aujourd’hui, sous la houlette du Président du Kenya, M. Uhuru Kenyata, un débat sur la consolidation de la paix, avec un accent sur « la diversité, l’édification de l’État et la recherche de la paix ».  Le Président rwandais, M. Paul Kagame, a en profité pour expliquer que le Rwanda post-génocide est marqué par une attention constante à l’unité nationale et à l’inclusivité.  Aucun processus de paix ne peut réussir sans une implication de toutes les composantes de la société, ont dit en écho les autres intervenants, dont la Vice-Présidente du Parlement afghan et l’ancien Président de l’Afrique du Sud et Président de la Fondation Thabo Mbeki.  

SG/SM/20968

On trouvera, ci-après, le texte de l’allocution du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, prononcée lors du débat public ministériel au Conseil de sécurité consacré à la « Consolidation de la paix et paix durable: diversité, édification de l’État et recherche de la paix », à New York, aujourd’hui:

Dbf211012

Ce matin, le Secrétaire général s’est exprimé dans un message vidéo lors du segment de haut niveau de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité, qui se tient à Kunming, en Chine. M. Guterres  Il a déclaré que les dommages causés au réseau complexe de la vie qui nous soutient ont déjà eu un impact sur la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes, contribuant à la faim, à la maladie et au chômage.  « Nous sommes en train de perdre notre guerre suicidaire contre la nature », a-t-il déclaré, ajoutant qu’un cadre mondial pour la biodiversité ambitieux et efficace pour l’après-2020, avec des objectifs et des repères clairs, peut nous remettre sur la bonne voie.