Aller au contenu principal
dbf220222

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 22 février 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Ukraine

Le Secrétaire général est quelque part au-dessus de l’océan Atlantique, en route vers New York.  Il devrait parler à la presse à la sortie de la salle du Conseil de sécurité vers 17 h 30.

Hier soir, le Conseil de sécurité a tenu une réunion sur l’Ukraine au cours de laquelle la Secrétaire générale adjointe, Mme Rosemary DiCarlo, a estimé que le risque d’un conflit majeur est bien réel et qu’il doit être écarté à tout prix.  

Elle a rappelé que le Secrétaire général a été très clair et a considéré que la décision de la Fédération de Russie de reconnaître l’indépendance de certaines zones des régions de Donetsk et Louhansk constitue une violation de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, incompatible avec les principes de la Charte des Nations Unies.  Mme DiCarlo a dit que l’ONU regrette profondément cette décision qui risque d’avoir des répercussions régionales et mondiales.

Si l’ONU ne peut vérifier les nombreuses allégations avancées par différents acteurs, a ajouté la Secrétaire générale adjointe, elle est tout de même profondément préoccupée par les informations sur les victimes civiles, les attaques ciblées contre des infrastructures civiles essentielles et les évacuations en cours. 

Dans la déclaration qu’il a publiée hier, le Secrétaire général exhorte toutes les parties concernées à concentrer leurs efforts pour assurer la cessation immédiate des hostilités, la protection des personnes et infrastructures civiles et la prévention des actes et déclarations qui pourraient aggraver la situation dangereuse dans et autour de l’Ukraine.  

Aujourd’hui, la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, s’est dite profondément préoccupée par le fait que toute escalade importante de l’action militaire pourrait élever le risque de violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire.  Mme Bachelet a dit que son Bureau continue de suivre étroitement la situation des deux côtés de la ligne de contact dans l’est de l’Ukraine.

Ukraine-Humanitaire

L’ONU fait toujours ce qu’elle peut sur le front humanitaire et demeure préoccupée par la situation des civils.  Elle réitère son appel aux donateurs pour qu’ils renforcent leur appui et augmentent leurs contributions au Plan de réponse humanitaire pour l’Ukraine qui cherche à collecter la somme de 190 millions de dollars.

Comme toujours, les opérations humanitaires en Ukraine et ailleurs sont guidées par les principes internationalement reconnus d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance opérationnelle.

Nominations

Dans ce que l’on peut appeler un échange de postes, le Secrétaire général a nommé M. Parfait Onanga-Anyanga, du Gabon, comme son Représentant spécial auprès de l’Union africaine, succédant à Mme Hanna Serwaa Tetteh, du Ghana, qui elle-même est nommée au poste qu’occupait M. Onanga-Anyanga, à savoir Envoyée spéciale pour la Corne de l’Afrique

République centrafricaine

Ce matin, le Conseil de sécurité a discuté de la situation en République centrafricaine

Il a entendu le Représentant spécial du Secrétaire général dans le pays, M. Mankeur Ndiaye, parler des progrès en cours en matière de paix et de sécurité, même si des problèmes réels subsistent.

Malgré la déclaration du cessez-le-feu unilatéral, la situation sécuritaire demeure préoccupante.  M. Ndiaye a aussi condamné les violations répétées des droits de l’homme et du droit international humanitaire par toutes les parties au conflit, à savoir les groupes armés, les forces du Gouvernement et les autres forces de sécurité. 

Toutefois, il a noté les efforts positifs du Gouvernement pour l’opérationnalisation de la Commission Vérité, justice, réconciliation et réparation.

M. Ndiaye a aussi déploré les campagnes de désinformation qui visent à compromettre les relations entre le Gouvernement, le peuple et l’opération de paix des Nations Unies.  Ces campagnes encouragent les individus et les forces de sécurité à avoir un comportement hostile à l’égard du personnel des Nations Unies. 

Ce personnel indique d’ailleurs qu’il est contact avec le Gouvernement pour sécuriser la libération des quatre officiers de protection arrêtés hier à l’extérieur de l’aéroport de Bangui.

Responsables de la sécurité du Chef de cabinet militaire de la Mission, ils ont été détenus après avoir accompagné le général Stéphane Marchenoir à l’aéroport.

La Mission est en contact avec les plus hautes autorités du pays pour sécuriser leur libération.  Elle condamne naturellement une autre campagne de désinformation autour de l’incident, qui a cours sur les réseaux sociaux, pour continuer de manipuler l’opinion publique.  

République démocratique du Congo (RDC)

M. Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, représente le Secrétaire général qui devait se rendre en RDC.

Arrivé aujourd’hui dans le pays, M. Lacroix était à Bunia pour un entretien avec le Ministre de la défense, M. Gilbert Kabanda, et les autorités locales de l’Ituri.  Il s’est rendu à Roe, un site où plus de 60 000 déplacés vivent sous la protection des soldats de la paix de l’ONU.

M. Lacroix a souligné la nécessité d’assurer la sécurité des déplacés, après les attaques des miliciens de la CODECO, tout en assurant l’accès humanitaire et en travaillant à la réconciliation des communautés.  M. Lacroix a souligné que les attaques contre les déplacés sont tout simplement inacceptables et a appelé les autorités à enquêter en profondeur sur ces graves incidents.

Plus tard dans la journée, il était attendu à Goma pour un entretien avec le gouverneur militaire du Nord-Kivu. 

Il doit ensuite se rendre à Kinshasa pour participer au Sommet du Mécanisme régional de surveillance de l’Accord d’Addis-Abeba sur la paix, la sécurité et le cadre de coopération en RDC et dans la région.  Le Sommet est prévu pour jeudi.

Soudan du Sud

Cette journée marque le deuxième anniversaire de la formation du Gouvernement provisoire d’union nationale revitalisé, qui a été une étape importante du processus de paix.  La mission des Nations Unies sur place appelle à un nouvel élan pour mettre pleinement en œuvre l’accord de paix, y compris la finalisation des arrangements de sécurité provisoires et l’adoption d’une nouvelle loi pour appuyer l’élaboration de la constitution et les élections.

Si le cessez-le-feu permanent tient largement, le conflit a ressurgi dans certaines parties du pays.  La mission aide toujours le Gouvernement dans sa responsabilité première de protéger les civils et répond aux points chauds, y compris par l’installation de 116 bases d’opérations temporaires, l’année dernière.

Cambodge/COVID-19

Au Cambodge, l’équipe de pays dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Pauline Tamesis, travaille avec les partenaires pour soutenir la relance socioéconomique, y compris par des activités visant à accroître le nombre des jeunes sur le marché de l’emploi.  L’équipe a aussi aidé 1 518 micro, petites et moyennes entreprises à transiter vers les plateformes commerciales en ligne et a appuyé les initiatives visant à protéger les moyens de subsistance de 6 500 personnes, dont près de la moitié sont des femmes.

L’équipe a aidé 2 139 petits exploitants agricoles dans cinq provinces, fournissant l’accès aux plateformes en ligne pour accroître le commerce des produits agricoles, améliorer l’accès aux intrants, aux financements et aux informations sur le marché et mieux communiquer et coordonner l’offre.

S’agissant de la vaccination contre la COVID-19, près de 90% des Cambodgiens sont pleinement vaccinés à ce jour, dont 1,7 million d’enfants de moins de 12 ans.  Grâce au Mécanisme COVAX et autres initiatives, le Cambodge a reçu 46 millions de doses de vaccin.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.