Aller au contenu principal
dbf220218

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 février 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conférence de Munich sur la sécurité

Le Secrétaire général est à Munich pour participer à la Conférence sur la sécurité qui se tient dans la ville allemande tous les ans.  Il a ouvert la Conférence ce matin, en alertant sur les conséquences des divisions géopolitiques croissantes, dont les divisions au Conseil de sécurité. 

Le Secrétaire général a pris note de la concentration des forces russes autour de l’Ukraine et s’est dit profondément préoccupé par les tensions élevées et les spéculations croissantes sur un conflit militaire en Europe.  M. António Guterres a avoué qu’il pense toujours que cela ne se produira pas et que dans le cas contraire, ce serait catastrophique.  Il a ajouté qu’il n’y a pas d’alternative à la diplomatie et qu’il est grand temps de désamorcer sérieusement la situation. 

Il a aussi dit que le système des Nations Unies est toujours pleinement opérationnel en Ukraine, y compris par son travail humanitaire dans les régions de Donetsk et de Louhansk. 

Le Secrétaire général a aussi attiré l’attention sur la prolifération des crises, la menace mondiale du terrorisme, les menaces non traditionnelles à la sécurité comme la COVID-19, et les défis posés par la technologie numérique.  Il a estimé qu’il faut une montée en puissance de la diplomatie pour la paix, une montée en puissance de la volonté politique pour la paix et une montée en puissance de l’investissement dans la paix. 

Conseil de sécurité/Haïti

Ce matin, au Conseil de sécurité, Mme Helen La Lime, Chef de la Mission des Nations Unies en Haïti (BINUH), a dit que pour que le pays émerge de la crise politique et institutionnelle grave dans lequel il est plongé, il est impératif que tous les leaders haïtiens s’engagent constructivement les uns avec les autres pour faire avancer leur pays vers un processus favorable à l’organisation des élections. 

S’agissant de la situation en matière de sécurité, elle a prévenu que le phénomène des gangs ne peut être traité que par la police.  La stratégie doit être complétée par des projets socioéconomiques et des activités de réintégration visant à générer des emplois et des revenus dans les quartiers les plus touchés par le fléau de la violence des gangs. 

Vice-Secrétaire générale/Haïti

La Vice-Secrétaire générale est arrivée d’Haïti hier tard dans la nuit.  Elle a achevé sa visite de deux jours, en se rendant, hier après-midi, dans une école qui vient de rouvrir, le Lycée national de la Saline, où enfants et parents lui ont parlé des problèmes auxquels ils sont confrontés dans leur lutte pour le droit à l’éducation. 

Elle a écouté les écoliers, les enseignants et les parents lui expliqué comment les actes de violence récurrents et la pression des gangs dans certains quartiers urbains ont causé la fermeture de plus de 200 écoles. 

Avant de quitter le pays, elle a parlé à la presse du succès de la Manifestation internationale pour le financement de la reconstruction de la péninsule sud d’Haïti. 

Elle a souligné qu’en tirant les leçons du passé, nous pouvons désormais faire en sorte que les ressources conduisent à des améliorations dans la vie quotidienne de la population de la péninsule sud.  Elle a aussi souligné que les Nations Unies sont toujours à la disposition du Gouvernement et du peuple haïtiens, dans leur quête d’un avenir brillant. 

Vice-Secrétaire générale/Éducation

Ce matin, Mme Amina Mohammed a parlé aux États Membres des préparatifs du Sommet sur la transformation de l’éducation.  Elle a indiqué que le Sommet, qui doit être convoqué par le Secrétaire général, en marge de l’Assemblée générale, devrait booster les efforts pour remettre sur les rails le Programme de développement durable à l’horizon 2030. 

La Vice-Secrétaire générale a averti que de nombreux systèmes d’enseignement sont soumis à une intense pression.  Dans certains pays, a-t-elle ajouté, la pandémie de COVID-19 a aggravé la crise de l’apprentissage de base. 

Il ne reste plus que sept mois avant le mois de septembre, a-t-elle alerté.  Mais ensemble, a-t-elle dit, nous pouvons faire du Sommet, non seulement un rassemblement sur l’éducation, mais aussi un tournant pour l’éducation, un élan puissant pour le quatrième objectif de développement durable. 

Éthiopie

Le dernier membre du personnel de l’ONU, qui était détenu par les autorités, a été libéré.  C’était d’ailleurs une question que la Vice-Secrétaire générale avait portée à l’attention du leadership éthiopien lors de sa toute dernière visite. 

Mais les problèmes humanitaires subsistent et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) indique aujourd’hui qu’il travaille avec les autorités éthiopiennes et ses partenaires pour fournir une aide d’urgence à des milliers de réfugiés érythréens qui ont fui un camp de la région d’Afar à cause des combats. 

Les réfugiés, qui ont parcouru de longues distances jusqu’à la capitale régionale, Semera, ont dit au HCR que des hommes armés leur ont volé leurs biens et occupé leurs maisons.  Selon leurs témoignages, au moins cinq réfugiés ont été tués et plusieurs femmes, kidnappées. 

Un autre camp étant ainsi gravement touché, le HCR demeure extrêmement préoccupé par la sûreté et le bien-être des milliers de réfugiés érythréens pris au piège du conflit. 

Afghanistan

Les agences humanitaires indiquent que la distribution de l’aide se poursuit dans tout le pays.  Cette semaine, près de 459 000 hommes, femmes et enfants ont reçu de la nourriture et une aide en argent liquide dans plusieurs provinces. 

L’appui pour aider les gens à supporter les conditions hivernales se poursuit avec la distribution des articles de secours, dont des colis pour l’hiver et des vêtements chauds. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres partenaires de la santé fournissent une aide médicale d’urgence et des produits contre l’éruption de la rougeole dans deux districts de la province du Badakhshan. 

Au début de la semaine prochaine, plusieurs directeurs des situations d’urgence des agences des Nations Unies et leurs organisations partenaires se rendront en Afghanistan pour évaluer la situation et la réponse en cours.  Mme Reena Ghelani, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), interviendra de Kaboul, mercredi 23 février, pour parler de cette mission. 

Madagascar

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, a ponctionné aujourd’hui le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) pour intensifier la réponse humanitaire à l’impact du cyclone tropical Batsirai. 

Le financement permettra à l’ONU de fournir de l’eau potable et de la nourriture, des abris et des biens ménagers de première nécessité, des services de santé, une aide aux survivants de la violence fondée sur le sexe et autres services, ainsi qu’une aide aux écoles et un appui logistique. 

Plus de 270 000 personnes ont un besoin urgent d’abris, d’eau et d’assainissement, d’éducation, de soins de santé et d’aide alimentaire immédiate.  C’est le résultat d’une évaluation conjointe et rapide des besoins menée par le Gouvernement et les partenaires humanitaires. 

Environ 21 000 personnes ont fui et plus de 20 000 maisons ont été détruites, inondées ou endommagées.  Beaucoup d’écoles et de centres de santé sont toujours fermés ou partiellement opérationnels. 

Entre-temps, la tempête tropicale Dumako s’est abattue sur la côte nord-est de Madagascar, mardi dernier, affectant directement plus de 5 000 personnes.  Le Gouvernement et les partenaires humanitaires suivent de très près la trajectoire d’une autre tempête tropicale, Emnati, qui s’est formée sur l’océan Indien et qui pourrait frapper la côte est de Madagascar, au début de la semaine prochaine. 

Malawi/Polio

L’équipe de pays travaille avec les autorités après que l’irruption de la polio a été déclarée; le cas d’un jeune enfant ayant été détecté dans la capitale, Lilongwe. 

C’est le premier cas de polio depuis 30 ans au Malawi et depuis plus de cinq ans en Afrique.  Cette situation souligne la nécessité pour la communauté internationale d’appuyer les efforts de vaccination des pays. 

Sur place, l’ONU aide les autorités sanitaires à améliorer la surveillance de la maladie, en traçant les contacts et en recherchant activement les cas.  L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) aident à intensifier la campagne de vaccination. 

L’équipe de réponse rapide de l’Initiative mondiale sur l’élimination de la polio de l’OMS se déploie au Malawi pour appuyer la coordination, la surveillance, la gestion des données, les communications et autres besoins opérationnels. 

Depuis de nombreuses années, l’ONU aide le Malawi à prévenir des maladies comme la polio, grâce à un robuste schéma national d’immunisation.  L’équipe de pays félicite le Malawi d’avoir maintenu le programme de prévention des maladies qui a sauvé de nombreuses vies et qui est prêt à être intensifié pour s’attaquer à l’irruption actuelle. 

Colombie

La Mission de vérification et l’équipe de pays des Nations Unies ont publié une déclaration conjointe, également avec l’Union européenne et près d’une vingtaine d’ambassades, pour appeler les groupes armés à proclamer un cessez-le-feu et une cessation des hostilités et à respecter le droit international humanitaire sur la protection des civils.  La déclaration souligne l’importance de cet appel dans le contexte des prochaines élections. 

La déclaration dit aussi que la Colombie devrait être en mesure de tenir « des élections libres et inclusives dans une atmosphère sans violence ». 

Mécanisme COVAX

Un lot de plus de 1,5 million de doses de vaccins est arrivé en Équateur, don de l’Espagne.  L’Équateur a ainsi reçu à ce jour quelque six millions de doses par le Mécanisme COVAX. 

La Bolivie en a reçu plus de 1,3 million, don des États-Unis, toujours par le Mécanisme COVAX, pour vacciner les moins de 18 ans.  En tout, la Bolivie aura reçu huit millions de doses, par le Mécanisme COVAX. 

Migrants/Frontière entre la Grèce et la Turquie 

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) se dit alarmée par le nombre croissant de morts parmi les migrants et les informations qui ne cessent d’arriver sur les expulsions à la frontière entre la Grèce et la Turquie. 

Selon l’OIM, au moins 21 migrants sont morts à cette frontière en 2022, contre 10 morts, à la même période l’année dernière. 

L’OIM est préoccupée par le mauvais traitement des migrants, malgré des appels répétés à l’action.  L’Organisation appelle les États à coopérer sur les zones frontalières où il y a des mouvements irréguliers, à travailler ensemble pour réaliser les objectifs du Pacte mondial sur les migrations, à sauver des vies et à déployer des efforts coordonnés sur les migrants portés disparus. 

Contribution financière

Le Samoa s’est acquitté de la totalité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU pour 2022. 

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.