Aller au contenu principal
dbf200413

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 avril 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Appel du Secrétaire général

À l’occasion de la fête de Pâques, de la Pâque juive et du ramadan, le Secrétaire général de l’ONU a appelé ce week-end les chefs religieux de toutes les confessions à unir leurs forces afin d’œuvrer pour la paix dans le monde et se concentrer sur le combat commun contre la COVID-19. 

Il a lancé cet appel dans cette période sans précédent, « où nous essayons de nous retrouver dans ce monde étrange et surréaliste ».  Un monde aux rues silencieuses, aux commerces fermés et aux lieux de culte vides.  Un monde d’inquiétude.  « Puisons ensemble l’inspiration dans l’essence de ces moments sacrés pour en faire des moments de contemplation, de souvenir et de renouveau », a-t-il dit.  En ces temps de réflexion, le Secrétaire général a appelé à avoir une pensée particulière pour les personnels de santé, qui sont en première ligne du combat contre ce terrible virus et pour « tous ceux dont le travail permet à nos villes et villages de continuer à vivre ». 

M. Guterres a également invité à penser aux plus vulnérables parmi les vulnérables dans le monde, ceux qui se trouvent dans les zones de guerre, dans les camps de réfugiés, dans les bidonvilles, dans tous ces endroits les moins équipés pour faire face au virus. 

Moyen-Orient

Dans une déclaration commune publiée ce week-end, les Envoyés du Secrétaire général au Moyen-Orient ont réitéré l’appel que ce dernier a lancé le 23 mars pour un cessez-le-feu mondial immédiat, en ajoutant que trop de personnes dans la région endurent conflits et privations depuis trop longtemps.  Les Envoyés appellent, de concert, toutes les parties dans la région à s’engager, de bonne foi et sans conditions préalables, à négocier une cessation immédiate des hostilités en cours, à préserver les cessez-le-feu existants, à mettre en place des cessez-le-feu plus durables et plus complets et à aboutir à des règlements à plus long terme des conflits qui persistent dans la région. 

Ils les ont également exhortées à faire preuve de la plus grande retenue, à aller au-delà des lignes de front et faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire et à accorder une attention spéciale aux personnes détenues, enlevées ou portées disparues. 

Les Envoyés ont indiqué que leurs équipes continueront de se focaliser sur la diplomatie préventive, d’appuyer tous les efforts visant à remédier aux conséquences socioéconomiques et sanitaires de la crise, de promouvoir une large coopération dans l’intérêt de la paix et pour le bien-être de tous, de travailler sans relâche pour faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire aux plus vulnérables et de s’engager résolument en faveur de ces objectifs. 

Dans une déclaration distincte, le Coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Nickolay Mladenov, s’est en outre dit préoccupé par les conséquences socioéconomiques de la crise de la COVID-19 sur le peuple palestinien, en particulier les communautés vulnérables de Gaza.  Si les tendances actuelles se poursuivent, les dommages à l’économie palestinienne seront considérables.  Dans ce contexte, il a salué l’annonce, par le Premier Ministre palestinien Mohammad Shtayyeh, d’un budget d’urgence visant à réduire au minimum les dépenses publiques. 

COVID-19 / Enfants

La Directrice exécutive de l’UNICEF, Mme Henrietta Fore, a déclaré aujourd’hui que des centaines de milliers d’enfants actuellement détenus dans des pays du monde entier encourent un grave risque de contracter la COVID-19.  De nombreux enfants dans le monde sont détenus dans des espaces confinés et surpeuplés avec un accès inadéquat à la nutrition, aux soins de santé et aux services d’hygiène, a-t-elle dit, avertissant qu’une épidémie dans l’un de ces établissements peut survenir à tout moment. 

Mme Fore a aussi souligné que les enfants détenus sont également plus vulnérables à la négligence, aux mauvais traitements et à la violence sexiste.  Elle a appelé les gouvernements et les autorités responsables des détentions à libérer d’urgence tous les enfants qui peuvent retourner en toute sécurité dans leur famille ou dans le cadre d’une solution alternative appropriée.  L’UNICEF demande également un moratoire immédiat sur les nouvelles incarcérations d’enfants dans les centres de détention. 

Syrie

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) s’inquiète de l’impact de la COVID-19 sur les populations à travers la Syrie, y compris ces millions de femmes, d’enfants et d’hommes qui ont un besoin urgent d’assistance vitale dans le nord-ouest, sachant que beaucoup parmi eux se sont récemment déplacés et sont particulièrement vulnérables. 

À ce jour, le Gouvernement syrien a confirmé un total de 25 cas, dont cinq personnes qui se sont rétablies et deux décès. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dirige les opérations de soutien de l’ONU dans la préparation et l’atténuation du risque de propagation de la pandémie en Syrie. 

L’ONU intensifie ses efforts pour atténuer la propagation du virus en mettant l’accent sur l’amélioration de la capacité à détecter, diagnostiquer et prévenir la propagation de la COVID-19 dans la mesure du possible, tout en assurant une surveillance adéquate des points d’entrée et en fournissant des équipements de protection ainsi qu’une formation aux agents de santé. 

Libye

Le personnel de l’ONU en Libye signale que les hostilités dans la région ouest du pays ont continué de faire des victimes civiles et provoqué de nouveaux déplacements. 

Hier, d’importants bombardements ont été signalés dans certaines parties de Tripoli.  Des bombardements ont également frappé des zones résidentielles de Tajoura et touché une ambulance près de Misrata, tuant un auxiliaire de santé.  Il s’agissait de la huitième attaque contre des sites de santé cette année. 

Au cours des dernières semaines, environ 3 700 personnes ont fui leur domicile dans le district d’Abusliem à Tripoli. 

Plus de deux millions de personnes, dont 600 000 enfants, qui vivent à Tripoli et dans les villes environnantes, font face à des coupures d’eau depuis plus d’une semaine.  Ces coupures d’eau ont coïncidé avec une grave panne d’électricité dans la région ouest, également provoquée par un différend. 

Le Coordonnateur de l’action humanitaire pour la Libye, M. Yacoub El Hillo, a souligné que l’eau ne devrait jamais être utilisée comme moyen de pression, ni comme arme de guerre, surtout maintenant que la Libye fait face à la menace de la COVID-19. 

COVID-19 / Kazakhstan

Alors qu’il y a environ 900 cas confirmés de COVID-19 au Kazakhstan, l’équipe de pays de l’ONU travaille en étroite collaboration avec les autorités pour répondre aux besoins de santé immédiats. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a réaffecté et embauché du personnel supplémentaire pour soutenir les efforts nationaux et a également formé des professionnels de la santé sur les questions de prévention et de lutte contre les infections. 

L’équipe de pays de l’ONU a lancé des campagnes de sensibilisation pour réduire la propagation de la COVID-19, et travaille également avec le secteur privé pour renforcer la préparation et la réponse. 

COVID-19 / Comores

Bien que les Comores n’aient enregistré aucun cas de COVID-19, l’ONU travaille en étroite collaboration avec le Gouvernement sur son plan national de préparation stratégique et d’intervention, contribuant à hauteur de 2,5 millions de dollars à une initiative nationale de prévoyance et fournissant du personnel d’urgence. 

Le Président des Comores travaille directement avec le Coordonnateur résident de l’ONU et les chefs des agences, fonds et programmes des Nations Unies pour renforcer la collaboration et la préparation. 

L’équipe de pays de l’ONU a aidé à mettre en place un système de surveillance et de contrôle à l’aéroport international.  Elle a également aidé à commander des équipements de protection individuelle pour les hôpitaux et le personnel ambulancier, et à fournir du matériel de dépistage et du matériel médical supplémentaire aux hôpitaux et laboratoires locaux.  L’ONU a également formé des personnels de santé et de laboratoire aux procédures d’intervention d’urgence. 

L’ONU travaille avec les municipalités pour renforcer les mesures d’assainissement, y compris dans les marchés de rue. 

Contributions financières

La Jamaïque et le Japon ont payé leur contribution au budget ordinaire de l’ONU.  On compte donc pour l’heure 80 États Membres qui sont à jour de leur contribution. 

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.