Aller au contenu principal
dbf220930

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 septembre 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Yémen 

Le Secrétaire général a publié une déclaration sur le Yémen

Au cours des six derniers mois, le Gouvernement du Yémen et les houthistes ont pris des mesures importantes et audacieuses vers la paix en acceptant et en renouvelant à deux reprises une trêve nationale négociée par l’ONU.  Alors que la date limite du 2 octobre pour une nouvelle prolongation approche à grands pas, j’exhorte vivement les parties yéménites non seulement à renouveler mais aussi à étendre les termes et la durée de la trêve, conformément à la proposition qui leur a été présentée par mon Envoyé spécial, M. Hans Grundberg. 

La trêve, qui est entrée en vigueur pour la première fois le 2 avril 2022, a apporté la plus longue période de calme relatif depuis le début de la guerre. 

Au cours des six derniers mois, elle a apporté des avantages tangibles et des secours indispensables au peuple yéménite, notamment une réduction significative de la violence et des pertes civiles dans tout le pays, une augmentation des livraisons de carburant via le port de Hodeïda et la reprise des vols commerciaux internationaux vers et de Sanaa pour la première fois en près de six ans. 

Pourtant, il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à sa pleine mise en œuvre, notamment la conclusion d’un accord sur la réouverture des routes à Taïz et dans d’autres provinces et le paiement des salaires de la fonction publique, ce qui améliorerait encore la vie quotidienne des Yéménites ordinaires.  Parallèlement, le travail sur les questions politiques, économiques et militaires à long terme, tel que proposé par mon Envoyé spécial, marquerait une évolution significative vers la recherche de solutions durables. 

Le Secrétaire général exhorte vivement les parties à saisir cette occasion.  C’est le moment de tirer parti des acquis et de s’engager sur la voie de la reprise d’un processus politique inclusif et global pour parvenir à un règlement négocié pour mettre fin au conflit.  L’ONU n’épargnera aucun effort pour soutenir les parties dans cette entreprise. 

Le moment est venu pour tous les dirigeants de donner la priorité aux besoins et aux aspirations du peuple yéménite et d’agir dans l’intérêt national du Yémen.  C’est le moment de choisir la paix pour de bon. 

Secrétaire général /Afghanistan 

Le Secrétaire général condamne fermement l’attentat odieux perpétré aujourd’hui contre un centre éducatif dans le quartier de Dasht-e-Barchi, à Kaboul -un quartier à prédominance chiite hazara- qui a fait de nombreuses victimes, principalement des femmes.  Il présente ses condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. 

L’éducation est un droit fondamental et un moteur essentiel pour une paix et un développement durables. 

Le Secrétaire général réitère son appel à toutes les parties pour qu’elles assurent la protection des civils.  Il appelle également les autorités de facto à protéger les droits de tous les Afghans -indépendamment de leur appartenance ethnique ou de leur sexe- à accéder à l’éducation en toute sécurité. 

Afghanistan 

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) et l’UNICEF ont condamné l’attentat perpétré contre un centre éducatif à Kaboul.  Le personnel de l’ONU sur place indique que les jeunes femmes de la communauté Hazara Shia représentent plus de 60% des personnes tuées ou blessées. 

La MANUA a souligné que les responsables doivent être traduits en justice et que les Taliban doivent s’acquitter de leurs obligations d’assurer la sécurité de tous les Afghans.  L’éducation doit être exempte de préjugés et de violence, a-t-elle déclaré. 

Ukraine 

Les agences humanitaires indiquent qu’une attaque a fait des dizaines de morts et blessés parmi les civils dans la périphérie de Zaporijia, dans le sud du pays.  Selon le personnel de l’ONU sur le terrain, l’incident s’est produit plus tôt dans la matinée, lorsque des civils qui faisaient la queue pour traverser les zones sous contrôle russe ont été touchés par des bombardements. 

La plupart de ces personnes essayaient apparemment d’apporter des vivres à leurs familles ou à leurs communautés, ou de retrouver leurs proches avant l’annonce aujourd’hui de l’annexion par la Fédération de Russie.  Malheureusement, ce n’est qu’une des nombreuses attaques à avoir tué ou blessé des civils dans plusieurs régions de l’Ukraine aujourd’hui. 

La Coordonnatrice humanitaire, Mme Denise Brown, qui dirige le système des Nations Unies sur place, a publié une déclaration condamnant l’attaque.  L’ONU adresse ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. 

Conseil de sécurité/Ukraine 

Le Conseil de sécurité tiendra, cet après-midi, une réunion sur la situation en Ukraine au cours dans laquelle interviendra le Sous-Secrétaire générale chargé du développement économique du Département des affaires économiques et sociales (DESA), M. Navid Hanif. 

Initiative céréalière de la mer Noire 

Le Programme alimentaire mondial (PAM) indique que le navire Ikaria Angel, qui a quitté l’Ukraine le 17 septembre avec 30 000 tonnes de blé à son bord, devrait arriver à Djibouti aujourd’hui.  La cargaison sera utilisée pour les opérations du PAM en Éthiopie et 5 000 tonnes seront utilisées à Djibouti même. 

Il s’agissait du troisième navire affrété par le PAM.  Un quatrième, le vraquier Vanessa, transporte 30 000 tonnes de blé à destination de l’Afghanistan via la Türkiye où il sera transformé.  Un cinquième navire du PAM, le New Island, a été inspecté le 29 septembre en mer de Marmara et va maintenant poursuivre son voyage vers l’Ukraine pour charger 30 000 tonnes de blé à destination de la Somalie. 

À ce jour, le PAM a acheté 200 000 tonnes de blé en provenance de l’Ukraine depuis la signature de l’Initiative céréalière de la mer Noire. 

Le PAM note que l’acheminement de céréales ukrainiennes pour ses opérations humanitaires garantira des avantages à la fois pour l’économie ukrainienne et pour les régions du monde les plus durement touchées par la crise alimentaire mondiale. 

Le Centre conjoint de coordination d’Istanbul, mis en place par l’ONU, indique qu’à ce jour, 241 navires ont quitté les ports ukrainiens transportant près de 5,5 millions de tonnes de céréales et d’autres denrées alimentaires dans le cadre de l’Initiative. 

République démocratique du Congo 

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo, Mme Bintou Keita, est intervenue ce matin devant le Conseil de sécurité. 

Par ailleurs, le Coordonnateur de l’action humanitaire, M. Bruno Lemarquis, a appelé aujourd’hui à une action urgente pour arrêter l’escalade de la violence dans les provinces de Mai-Ndombe et de Kwilu, dans l’ouest du pays. 

Une recrudescence de violence qui a commencé fin juin dans le territoire de Kwamouth, dans la province de Maï-Ndombe, s’est maintenant propagée à la province voisine de Kwilu.  Des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines de maisons ont été incendiées. 

Selon les autorités, plus de 35 000 personnes ont été déplacées vers plusieurs localités de ces provinces, ainsi que vers les provinces voisines du Kwango et de Kinshasa.  Plus de 1 400 personnes ont également traversé le fleuve Congo pour se réfugier en République du Congo voisine. 

L’ONU et ses partenaires humanitaires ont fourni une assistance de base, notamment des soins de santé, de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, mais d’importants besoins humanitaires demeurent. 

Le Coordonnateur de l’action humanitaire a appelé à des mesures d’urgence supplémentaires et a engagé les autorités et ceux qui travaillent dans les domaines de l’humanitaire, de la paix et du développement à prendre des mesures pour apaiser les tensions. 

Secrétaire général/Éthiopie 

Le Secrétaire général est profondément préoccupé par les informations faisant état de bombardements aveugles et de victimes civiles dans le conflit en cours dans le nord de l’Éthiopie.  Il souligne qu’une paix durable ne peut être trouvée par l’action militaire. 

Le Secrétaire général note en outre que la poursuite du conflit met en péril la sécurité des civils, l’acheminement de l’aide humanitaire indispensable et la stabilité de la région de la Corne de l’Afrique dans son ensemble.  Il réitère son appel à une cessation immédiate des hostilités, au désengagement des pays de la région du conflit et exhorte les parties à faire avancer d’urgence le processus de médiation mené par l’Union africaine. 

S’agissant de la situation humanitaire en Éthiopie, en particulier dans le nord du pays, le Porte-parole a indiqué que la situation reste imprévisible et fluide, les hostilités continuant de faire fuir de plus en plus de personnes de chez elles.  Des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont été déplacés dans certaines parties des régions du Tigré, d’Afar et d’Amhara, ce qui affecte la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes vivant dans les zones de conflit. 

Les mouvements de convois humanitaires vers le Tigré depuis l’Afar continuent d’être suspendus depuis le 24 août, ce qui coupe évidemment les fournitures vitales destinées à des millions de personnes dans le besoin.  Le Service aérien d’aide humanitaire à destination et en provenance du Tigré a également été suspendu depuis le 25 août, ce qui a interrompu la capacité de l’ONU à faire entrer et sortir les travailleurs humanitaires et transporter des fournitures essentielles, de même que de l’argent liquide, qui est un élément essentiel des opérations humanitaires de l’ONU. 

De grandes parties de la province du Tigré, ainsi que plusieurs zones des régions d’Amhara et d’Afar, sont désormais inaccessibles en raison des combats en cours.  Cela perturbe considérablement les opérations humanitaires de l’ONU, ainsi que l’accès aux personnes dans le besoin, y compris les personnes déplacées. 

Les partenaires humanitaires poursuivent cependant leur réponse dans les zones auxquelles ils peuvent accéder dans les trois régions, malgré les nombreux défis auxquels ils sont confrontés ainsi que la limite des ressources et des capacités de l’ONU.  Au Tigré, les stocks restants d’articles humanitaires continuent d’être distribués.  Entre le 15 et le 21 septembre, plus de 775 000 personnes ont reçu des vivres, mais en raison de l’approvisionnement limité, quelque 230 000 de ces personnes ont reçu moins qu’elles n’auraient autrement reçu. 

À Amhara et Afar, les partenaires de l’ONU fournissent aux personnes nouvellement déplacées de la nourriture, de l’eau, des abris d’urgence et d’autres fournitures, ainsi que des services de santé.  Dans le sud et le nord-est de l’Éthiopie, les communautés continuent de souffrir d’une sécheresse dévastatrice après quatre saisons des pluies à faible pluviométrie consécutives.  Les partenaires de l’ONU entendent maintenant fournir une aide à 17 millions d’hommes, de femmes et d’enfants durant le reste de l’année dans ces zones. 

L’ONU continue d’appeler les parties au conflit à veiller en permanence à épargner les civils et les biens de caractère civil, y compris les infrastructures essentielles.  L’ONU réitère une fois de plus son appel à faciliter immédiatement la reprise du passage rapide et sans entrave des travailleurs et des fournitures humanitaires, afin d’aider les personnes dans le besoin dans les zones de conflit, où qu’elles se trouvent, conformément au droit international humanitaire. 

L’ONU appelle à un financement urgent pour soutenir la réponse dans toute l’Éthiopie.  Ses partenaires reçoivent leur réponse pour répondre aux besoins les plus urgents et soutenir les opérations vitales.  Au moins 1,8 milliard de dollars supplémentaires, soit 60% du montant total nécessaire, ne nous sont toujours pas parvenus. 

Burkina Faso 

Le Secrétaire général suit évidemment avec préoccupation la situation au Burkina Faso, où des coups de feu et un fort déploiement militaire ont été signalés dans la capitale, Ouagadougou, aujourd’hui.  L’ONU appelle au calme et à éviter de nouvelles violences.  Le Burkina Faso a besoin de paix, il a besoin de stabilité et d’unité pour lutter contre les groupes terroristes et les réseaux criminels opérant dans certaines parties du pays.  L’ONU est solidaire du peuple burkinabé et reste attachée au retour rapide du pays à un ordre constitutionnel. 

Sur le plan humanitaire, le pays continue de faire face à une crise multidimensionnelle alors que l’insécurité s’accroît.  Près d’un cinquième de la population nationale a un besoin urgent d’aide humanitaire. 

Le nombre d’incidents de sécurité a augmenté de 220% en 2022 par rapport à l’année dernière.  L’intensité du conflit reste plus élevée au Burkina Faso que dans tout autre pays de la région du Sahel. 

Fin août, un million de personnes au Burkina Faso vivaient dans des zones contrôlées par des groupes armés non étatiques. 

Quelque 1,7 million de personnes sont déplacées, soit une personne sur 10 dans le pays.  Le pays est également confronté à l’une des crises de déplacement à la croissance la plus rapide au monde en 2022.  Les deux autres pays sont le Mozambique et l’Ukraine. 

Yémen 

Des contributions supplémentaires de 2 millions de dollars pour le Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies ont récemment été versées.  Ce financement opportun évite la fermeture du Mécanisme. 

Le Mécanisme joue un rôle essentiel en facilitant l’entrée de marchandises commerciales dans les ports yéménites de la mer Rouge.  Alors que les Yéménites dépendent des importations commerciales pour 90% de leurs aliments et de leurs produits de base, ce financement offre une bouée de sauvetage supplémentaire à des millions de personnes au Yémen. 

Mali 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)continue d’appuyer les autorités maliennes pour renforcer la capacité de ses forces de sécurité à répondre aux menaces, en particulier dans les régions du Centre et du Nord.  La Mission a soutenu une formation organisée par le Ministère de la sécurité et de la protection civile, qui est responsable de la sécurité des autorités civiles et judiciaires dans tout le pays. 

Trente agents de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale ont acquis des connaissances sur les techniques d’intervention, notamment le combat et le sauvetage, la détection des engins explosifs improvisés, très importante au Mali, et le code de conduite, en mettant l’accent sur le respect des droits de l’homme. 

Au total, 150 membres des forces de sécurité maliennes seront formés d’ici à 2023, et cela s’inscrit dans le cadre d’efforts plus larges visant à développer des compétences spécialisées dans des domaines tels que la protection civile, la coordination des crises, le maintien de l’ordre, la gestion des ressources humaines, l’éthique et la déontologie. 

Fonds central pour les interventions d’urgence 

Aujourd’hui, le Secrétaire général a nommé huit nouveaux membres du Groupe consultatif du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF). 

Le Groupe consultatif compte désormais 20 membres d’Afrique, d’Asie, d’Europe, du Golfe, d’Amérique latine et des Caraïbes, d’Amérique du Nord et d’Océanie. 

Le Groupe fournit des orientations politiques et des conseils sur l’utilisation du CERF au Secrétaire général par l’intermédiaire de Martin Griffiths, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence. 

Jusqu’à présent, cette année, le Fonds a alloué 559 millions de dollars pour soutenir des opérations humanitaires dans 37 pays, y compris la crise en Ukraine et la lutte contre l’insécurité alimentaire dans la Corne de l’Afrique et au Sahel. 

Journées internationales 

Aujourd’hui c’est la Journée internationale de la traduction, soit l’occasion de rendre hommage au travail des professionnels des langues.  Ils jouent un rôle important en rassemblant les nations, en facilitant le dialogue, la compréhension et la coopération, en contribuant au développement et en renforçant la paix et la sécurité mondiales.  Et nous remercions tous nos traducteurs ici à l’ONU, qui jouent un rôle essentiel dans notre travail. 

Demain sera la Journée internationale des personnes âgées.  Le thème de cette année est la résilience des personnes âgées dans un monde en mutation. 

Et dimanche sera la Journée internationale de la non-violence. 

Point de presse hybride lundi 

Lundi, il y aura un point de presse hybride ici, après que j’aurai terminé, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre, l’Ambassadeur Michel Xavier Biang, du Gabon.  Il présentera le programme de travail du Conseil. 

UIT 

L’Union internationale des télécommunications (UIT) a élu Doreen Bogdan-Martin des États-Unis comme nouvelle Secrétaire générale.  Elle est la toute première femme à être élue Secrétaire générale de l’UIT au cours des 157 ans d’histoire de l’organisation. 

L’UIT est antérieure à l’ONU et à la Société des Nations. 

Contribution financière 

La Chine a réglé ses cotisations, qui s’élèvent à 438 millions de dollars et plus. 

 

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.