Aller au contenu principal
SC/14985

Déclaration à la presse sur la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO)

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, M. Ronaldo Costa Filho (Brésil):

Les membres du Conseil de sécurité ont fermement condamné les attaques perpétrées récemment contre la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) dans le Nord-Kivu, dans lesquelles trois soldats de la paix indiens et marocains ont trouvé la mort et d’autres ont été blessés.

Les membres du Conseil ont présenté leurs très sincères condoléances aux familles des victimes ainsi qu’à l’Inde et au Maroc.  Ils ont également exprimé leurs condoléances à l’Organisation des Nations Unies et pour les civils qui ont perdu la vie.  Ils ont souhaité un prompt rétablissement aux soldats de la paix et aux civils blessés.

Les membres du Conseil ont condamné avec la plus grande fermeté toutes les attaques et provocations visant la MONUSCO.  Ils ont souligné que les attaques visant délibérément des soldats de la paix pouvaient constituer des crimes de guerre au regard du droit international.  Ils ont demandé aux autorités congolaises d’ouvrir rapidement une enquête sur ces attaques, d’en traduire les auteurs en justice et de tenir les pays fournisseurs de contingents et de personnel de police concernés au fait de l’évolution de la situation, conformément à la résolution 2518 (2020) du Conseil.  Ils ont prié le Secrétaire général de les tenir informés, conformément à l’alinéa a) du paragraphe 4 de la résolution 2589 (2021) du Conseil, des mesures prises pour demander des comptes aux auteurs de tels actes.

Les membres du Conseil ont appelé au calme et au dialogue afin de dissiper les tensions actuelles et de garantir la protection des civils.  Ils ont engagé le Gouvernement congolais à poursuivre ses efforts visant à rétablir l’ordre public, à mener des enquêtes sur les causes profondes des tensions actuelles et à veiller à ce que les responsables répondent de leurs actes.

Les membres du Conseil ont demandé à toutes les parties de coopérer pleinement avec la MONUSCO et de continuer d’œuvrer à la mise en œuvre intégrale et objective du mandat de la Mission, conformément à la résolution 2612 (2021) du Conseil et à l’accord sur le statut des forces conclu avec la MONUSCO.

Les membres du Conseil ont souligné qu’il importait que la MONUSCO dispose de tous les moyens nécessaires pour s’acquitter de son mandat et promouvoir, y compris en prenant des mesures supplémentaires le cas échéant, la sûreté et la sécurité du personnel de maintien de la paix des Nations Unies et de ses opérations, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil.  Ils ont souligné qu’il appartenait au premier chef aux États hôtes d’assurer la sûreté et la sécurité du personnel et des biens des Nations Unies et qu’il importait que la MONUSCO et le Gouvernement congolais continuent de collaborer et de communiquer à cet égard, notamment en s’employant activement à mieux faire comprendre le mandat de la MONUSCO à la population locale, à combattre la désinformation et la mésinformation et à gagner la confiance de la population locale.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la République démocratique du Congo.  Ils ont également réaffirmé leur plein appui à la Représentante spéciale du Secrétaire général, Bintou Keita, et à l’action de stabilisation menée par la MONUSCO, dans le respect des principes de base du maintien de la paix, notamment en ce qui concerne le consentement des parties, et de son mandat tel que défini dans la résolution 2612 (2021) du Conseil, et ont exprimé leur profonde reconnaissance aux pays qui fournissent des contingents et du personnel de police à la Mission.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.