Aller au contenu principal
SC/14967

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la situation en République démocratique du Congo

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, M. Ronaldo Costa Filho (Brésil):

Les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé leur appui aux efforts nationaux et régionaux visant à promouvoir la paix et la stabilité en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs, sur la base des engagements pris par les pays de la région dans le cadre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région.  Ils se sont félicités du Sommet hébergé par le Président de l’Angola, João Lourenço, entre le Président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, et le Président du Rwanda, Paul Kagame.  Ils ont pris note des objectifs énoncés dans la feuille de route de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs sur le processus de pacification dans la région orientale de la République démocratique du Congo et de la volonté manifestée de rétablir la confiance, de régler les différends par le dialogue, notamment au moyen de la Commission permanente conjointe entre la République démocratique du Congo et le Rwanda et d’un Mécanisme conjoint de vérification élargi, et de continuer de mettre à contribution les organisations et mécanismes sous-régionaux existants.  Ils ont encouragé les deux parties à s’employer à appliquer la feuille de route et à prendre toutes les mesures requises en vue d’une désescalade

Les membres du Conseil se sont félicités du Communiqué du Sommet du Septet et du troisième Conclave des chefs d’État de la Communauté d’Afrique de l’Est sur la situation de paix et de sécurité dans l’est de la République démocratique du Congo qui s’est tenu à Nairobi le 20 juin 2022.  Ils ont pris note des mesures adoptées concernant la mise en place d’une Force régionale et souligné l’importance de la protection des civils et de la coordination et de l’échange d’informations avec la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).  Ils ont insisté sur l’importance de mener toutes les opérations, conjointes ou unilatérales, dans le strict respect du droit international, notamment du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme, selon qu’il conviendra.

Les membres du Conseil se sont à nouveau dits préoccupés par la recrudescence de l’activité des groupes armés dans les provinces orientales de la République démocratique du Congo, qui menace d’annuler les progrès obtenus à grand peine sur le plan de la sécurité et de la stabilité de la région et d’aggraver la situation humanitaire actuelle.  Ils ont réaffirmé leur ferme condamnation de tous les groupes armés nationaux et étrangers opérant dans le pays.

Les membres du Conseil ont condamné dans les termes les plus énergiques l’ensemble des attaques et des provocations contre les civils, les biens de caractère civil et la MONUSCO et ont souligné que des attaques délibérées visant les soldats de la paix pourraient constituer des crimes de guerre au regard du droit international.  Ils ont souligné que la responsabilité de la sécurité et de la sûreté des civils, du personnel et des biens des Nations Unies relevait au premier chef des États hôtes et ont insisté sur l’importance d’établir une concertation et une communication constantes entre la MONUSCO et le Gouvernement congolais.  Ils ont demandé à tous les intervenants de mettre un terme à la violence ainsi qu’aux violations des droits humains et aux atteintes à ces droits et aux violations du droit international humanitaire. 

Les membres du Conseil ont demandé à tous les groupes armés de cesser immédiatement toutes formes de violence et ont exhorté tous les groupes armés congolais à participer inconditionnellement au Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation et les groupes armés étrangers à déposer immédiatement les armes et à réintégrer leur pays d’origine.  Ils ont souligné l’importance d’épauler les progrès de la réforme du secteur de la sécurité en République démocratique du Congo et ont demandé au Gouvernement congolais de consolider les progrès concernant le rétablissement de l’autorité de l’État et les réformes du secteur de la sécurité requises dans le pays. 

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la République démocratique du Congo.  Ils ont réaffirmé leur plein appui à la Représentante spéciale du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo, Bintou Keita, et à l’action de stabilisation de la MONUSCO, conformément aux principes fondamentaux du maintien de la paix et à son mandat, comme indiqué dans la résolution 2612 (2021) du Conseil, et ont exprimé leurs sincères remerciements aux pays qui fournissent des contingents ou du personnel de police à la Mission.  Ils ont encouragé l’Envoyé spécial du Secrétaire général, Huang Xia, à continuer d’exercer ses bons offices dans la région des Grands Lacs à l’appui d’une baisse des tensions et de la tenue d’un dialogue entre toutes les parties concernées. 

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.