Aller au contenu principal
Session ordinaire de 2022,
5e et 6e séances plénières – matin & après-midi
ONG/932

Le Comité des ONG recommande le statut consultatif spécial à 34 organisations, dont deux qui militent pour la promotion de la paix au sein de la jeunesse

Au cours de la troisième journée de ses travaux, le Comité chargé des organisations non gouvernementales (ONG) a recommandé au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif spécial à 34 ONG, tout en recalant 96 autres.  Ces dernières devront, pour la grande majorité, apporter des précisions sur les activités menées, leurs états financiers, ainsi que des garanties de leur indépendance quand elles utilisent des fonds gouvernementaux. 

Parmi celles qui ont passé l’étape de l’examen du Comité des ONG ce jour, on compte deux organisations de la société civile qui déploient leurs activités dans le domaine de la sensibilisation des jeunes aux valeurs de justice et de paix.  Il s’agit de Réveil communautaire d’assistance aux victimes (RECOVI -Burundi) et de Generation For Peace (Jordanie).  Cette dernière, créée en 2010, entend œuvrer à l’avènement d’une paix durable dans les communautés grâce à une citoyenneté responsable.  Elle ambitionne notamment de donner aux jeunes les moyens de devenir le moteur de changements durables au sein des communautés en proie à des conflits grâce à une éducation gratuite.  Cette éducation met l’accent sur l’utilisation du sport, des arts, du plaidoyer, et du dialogue.  L’organisation entend également contribuer aux travaux de l’ECOSOC en formant des partenariats pour débattre, réfléchir, planifier et développer des solutions pour mettre en œuvre le programme de développement durable. 

Créée en 2010 également au Burundi, RECOVI a également pour objectif principal de contribuer à la construction d’un monde plus paisible.  Pour y parvenir, l’ONG encadre et assiste les victimes de la guerre, les orphelins, les enfants de la rue et les jeunes chômeurs, le but étant de promouvoir les initiatives entrepreneuriales auprès des jeunes afin de les éloigner de la violence armée.   RECOVI entend contribuer aux travaux de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires, d’abord en échangeant avec les autres organisations aux objectifs similaires.  Elle compte aussi vulgariser les activités qu’elle mène avec l’ECOSOC par les biais des médias sociaux. 

Au cours de cette séance, le Comité a par ailleurs noté que l’ONG Goal (Irlande) a retiré sa demande auprès de l’ECOSOC.

Le Comité des ONG poursuivra ses travaux demain, vendredi 20 mai, à partir de 10 heures. 

SUITE DES NOUVELLES DEMANDES D’ADMISSION AU STATUT CONSULTATIF ET NOUVELLES DEMANDES DE RECLASSEMENT

Octroi du statut consultatif spécial

  1. Fundación para el Desarrollo de Políticas Sustentables (Argentine)
  2. Generations For Peace (Jordanie)
  3. Jaaniv Foundation (Inde)
  4. Janmitra Nyas (Inde)
  5. Le conseil promotionnel pour l’action des jeunes en Afrique (Congo)
  6. Mulabi Association Latin American Work Group For Sexual Rights Civil Association (Costa Rica)
  7. News Network (Bangladesh)
  8. Nikan Mammut Charity Foundation (Iran)
  9. Parker Peace Foundation (Ghana)
  10. Peaceland Foundation (Chine)
  11. Protection for Legal & Human Rights Foundation (Bangladesh)
  12. Public Organization « Institute for the Study of Dependencies, Drug Policy Issues and Monitoring the Drug Situation » (Ukraine)
  13. Réveil communautaire d’assistance aux victimes (Burundi)
  14. SFLC.in- Software Freedom Law Center (Inde)
  15. Social Services Trust (Inde)
  16. The Emmanuel Ivorgba Foundation (Nigéria)
  17. Agence Mondiale pour la Bonne Gouvernance (France)
  18. Association Sphere (Suisse)
  19. Avocats sans frontières France (France)
  20. Congregation Pirchei Shoshanim, a New Jersey Nonprofit Corporation (États-Unis)
  21. For All Moonkind, Inc. (États-Unis)
  22. Foreningen Tryggere Ruspolitikk (Norvège)
  23. Global Rights for Women (États-Unis)
  24. Hope Worldwide Pakistan (Nouvelle-Zélande)
  25. Human Rights for Kids (États-Unis)
  26. Humanitarian Tracker (États-Unis)
  27. Instituto RIA (Mexique)
  28. Inštitut za raziskave in razvoj « Utrip » (Slovénie)
  29. Islamic Medical Association of North America Inc (États-Unis)
  30. Organisation Suisse d’aide aux réfugiés (Suisse)
  31. Peace Direct (Royaume-Uni)
  32. People for Equality and Relief in Lanka Inc (États-Unis)
  33. Rise International Inc. (États-Unis)
  34. Rockefeller Philanthropy Advisors, Inc. (États-Unis)

Examen des demandes de statut consultatif

Au cours de l’examen des demandes des ONG, le Pakistan a souhaité obtenir les états financiers pour 2021 de Forum for Development and Human Rights Dialogue (Égypte).  Les États-Unis ont demandé des détails financiers et sur les activités des ONG vénézuéliennes Fundación Género con Clase et Fundación Venezolana por el Derecho a la Vivienda.  La Chine a elle voulu en savoir plus sur l’ONG General Union of Arab Experts (Maroc).  Quels membres payent effectivement les cotisations à Global Energy Interconnection Development and Cooperation Organization (Chine), ont demandé les États-Unis, tandis que le Pakistan s’est enquis de la liste complète des membres de Global Village Forum Chakwal c/o Shaheen Degree College Chappar Bazar Chakwal (Pakistan).  La même délégation a voulu savoir comment Gramin Vikas Vigyan Samiti (Inde) contribue à la réalisation de l’objectif de développement durable 16 en rapport avec la justice et obtenir des précisions sur les bureaux hors siège de Gulshan-e-John (Pakistan). 

Ensuite, l’Inde a interpellé Human Rights Protection Group and MFP Federation (Inde) sur ses contributions aux réunions auxquelles elle a pris part au Siège de l’ONU.  La délégation a également souhaité y voir plus clair sur les chiffres divergents du nombre de membres de Human Welfare Charitable Trust (Inde).  Le Pakistan a pour sa part sollicité des détails sur le plaidoyer que mène Humanitarian Aid International (Inde) hors de son pays d’établissement, avant de demander des détails sur les activités de Incentive Care Foundation (Pakistan).  La même délégation attend des détails sur les membres de l’Institute for Integrated Rural Development (Inde) hors de son pays siège.  Elle souhaite également comprendre comment l’Institute of Peace and Diplomatic Studies (IPD) (Pakistan) peut prétendre n’avoir pas de membre alors qu’une partie de son budget vient de cotisations.  Elle veut, dans le même temps, des détails sur les activités menées dans 100 pays par International Non-Olympic Committee (Inde).  Le Pakistan attend en outre des états financiers détaillés pour 2020 et 2021 de la part de Kafka Welfare Organization (Pakistan). 

La Chine attend des détails sur les états financiers de l’Instance démocratique pour la citoyenneté et les droits de l’homme (Maroc).  Est-ce que la soumission des offres au gouvernement par Kolkata Society for Cultural Heritage (Inde) n’empiète pas sur son indépendance, a demandé le Pakistan, avant que l’Inde ne prie Lahore Educational and Welfare Society (Pakistan) de lui expliquer les mesures de sécurité prises dans les écoles par ses soins.  Le même pays veut connaître le détail des réunions auxquelles a pris part Mentor Amiable Professional Society (Pakistan) au Siège des Nations Unies.  Le Pakistan a ensuite voulu savoir si Mukti (Inde) verse des salaires à ses employés, et comment fonctionne Mumbai Smiles Foundation (Inde), notant que sa demande ne mentionne aucun membre.  L’Ange Gardien (Bénin) doit expliquer à la Fédération de Russie quels sont les profils de ses membres, alors que la Chine veut plus de détails sur les activités de l’Organisation Tamaynut (Maroc). 

L’Inde a ensuite relevé qu’une grande part des fonds de l’Organization of female conscience renewal (Maroc) vient du Gouvernement.  Comment dans ce cas maintient-elle son indépendance?  Pour sa part, le Pakistan veut savoir si des fonds extérieurs servent à financer Pak Special Persons Welfare Society (Pakistan) et Pakistan Press Foundation (Pakistan).  La même délégation attend des réponses écrites à des questions formulées précédemment par le Comité à Piramal Swasthya Management and Research Institute (Inde), ainsi que des détails sur les activités que mène Populous Education Foundation (Inde).  Les États-Unis sollicitent des détails sur les recherches menées par Pouya Institute for Communications and Social Development (Iran), alors que le Pakistan veut également des détails sur les activités des deux dernières années de Prayas Juvenile Aid Centre (Inde). 

Par la suite, l’Estonie a demandé les états financiers complets des deux dernières années, avec des détails sur les cotisations des membres de la Public Association « Regional Consumer Protection Society » (Bélarus).  Des précisions sur les membres de Research Society of International Law (Pakistan) ont également été demandées par l’Inde.  Les États-Unis s’intéressent aux activités de 2021 de Shenzhen Foundation for International Exchange and Cooperation (Chine), ainsi qu’à celles prévues en 2022 par Silk Road Chamber of International Commerce (Chine).  Y a-t-il des relations avec le Gouvernement somalien et Somali Green Crescent Society (Somalie), ont aussi demandé les États-Unis, avant de s’interroger sur les dépenses qui dépassent les recettes perçues en 2019 par Syrian Youth Council (République arabe syrienne). 

Le Pakistan veut des détails sur les coûts des projets mis en œuvre au bénéfice des deux sexes par The New Woman Foundation (Égypte), ainsi que les critères de sélection des juristes qui travaillent pour le compte de The Voice Society (Pakistan).  Pour Cuba, ce sont les détails sur les activités et les sources de financement de Transnational Anti-Organized Crime Intelligence Group Inc.(TAOC-IG) (Philippines) qui méritent des éclaircissements.  L’Inde sollicite également des précisions sur les cours de formation en faveur des femmes qu’organise United Global Organization of Development (U-GOOD) (Pakistan).  Pour sa part, le Pakistan veut des détails sur les activités de plaidoyer de Welfare Association Jared (Pakistan).  La Chine a souhaité mieux cerner les activités de West Papua Interest Association (Indonésie), alors que les États-Unis ont demandé des explications sur l’autonomie de World Historic and Cultural Canal Cities Cooperation Organization (Chine) notant qu’elle collabore avec le Gouvernement chinois. 

Le Pakistan a poursuivi en priant Y4D Foundation (Inde) de fournir des détails sur ses activités, avant de demander les états financiers certifiés de Young League Pakistan (Pakistan).  La Fédération de Russie attend des réponses sur le processus de sélection des dirigeants de Centre Idriss El Fakhouri des Études et de Recherches en Sciences Juridiques Oujda (Maroc).  Le Pakistan veut avoir plus de détails sur les activités éducatives que mène vishwa manavadhikar parishad (Inde), tandis que la Turquie a demandé des précisions sur les mécanismes mis en place par ARCS Arci Culture Solidali APS (Italie) pour assurer son indépendance alors qu’elle reçoit des fonds publics.  Le Bahreïn veut aussi des détails sur les séminaires qu’organise Arab-European Center of Human Rights and International Law (AECHRIL) (Norvège), alors que la Chine s’intéresse aux relations entre Arabian Rights Watch Association (États-Unis) et des ONG ayant un même domaine d’activités. 

La Turquie a enchainé en s’enquérant des détails sur les activités de Asociatia Romanian Women’s Lobby (Roumanie).  Les États-Unis se sont intéressés au financement de l’Association of Lawyers of Russia (Fédération de Russie).  La même délégation a souhaité des précisions sur les programmes de réhabilitation mis en œuvre par l’Association of Non-for- Profit Organizations to Facilitate the Drug Prevention and Socially Dangerous Behaviour « National Anti-Drug Union » (Fédération de Russie).  À une autre ONG russe, Autonomous Non-Profit Organization of promotion the development of international relations in the framework of the BRICS group « International Alliance of BRICS Strategic Projects » (Fédération de Russie), l’Estonie a demandé les détails sur les états financiers des dernières années.  Le même pays a aussi souhaité obtenir plus de détails sur les activités menées par Autonomous Nonprofit Organization « International Centre Save the Children from Cybercrimes » (Fédération de Russie). 

Les États-Unis veulent savoir quelles sont les activités menées par Autonomous non-profit organization humanitarian programs organization « Russian Humanitarian Mission » (Fédération de Russie).  La Fédération de Russie a souhaité obtenir la liste complète des pays dans lesquels travaille Brussels International Center for Research and Human Rights (Belgique).  La délégation veut aussi savoir quels sont les procédures pour accéder à la direction de Center for Military Human Rights Korea (CMHRK) (République de Corée).  Le Centre international pour la paix et les droits de l’homme (CIPADH) (Suisse) a été invitée par la Chine à spécifier dans quels pays elle a participé à des séminaires.  La même délégation a demandé si Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights (République de Corée) reçoit des fonds gouvernementaux, avant de réclamer des détails sur l’indépendance de l’ONG Committee for Justice (Suisse) qui reçoit des fonds publics et privés. 

La Libye a demandé des précisions sur les partenaires de Congres mondial Amazigh -CMA (France) en Libye, tandis que la Turquie est surprise du fait que Coppieters Foundation (Belgique) a des dépenses de campagnes électorales, alors qu’en tant qu’ONG elle ne doit pas prendre part à ce genre d’événement.  La Chine attend des explications sur le fonctionnement de Database Center for North Korean Human Rights (NKDB) (République de Corée) qui doit maintenir son indépendance alors qu’elle reçoit la moitié de ses fonds du Gouvernement.  La Fédération de Russie veut en savoir plus sur les dons reçus par De Regenboog Groep (Pays-Bas).  La Chine invite Earth Focus Foundation (Suisse) à utiliser la terminologie officielle pour désigner Taiwan, alors que l’Estonie demande les raisons qui expliquent pourquoi Eiropas demokrātijas attīstības centrs (Lettonie) se présente à la fois comme une ONG nationale et régionale. 

La Chine veut par ailleurs comprendre pourquoi juste 20% des fonds de l’ONG Eri-Platform (Belgique) sont consacrés à ses activités, et la Turquie souhaite davantage de détails sur la direction de l’organisation Ethiopian Genocide Committee 1935-1941, Inc. (États-Unis) et son mode de prise de décision.  La délégation veut également la liste des membres d’autres ONG faisant partie de European network on cultural management and policy (Belgique).  La Fédération de Russie a la même préoccupation concernant Global Action for Trans Equality Inc. (États-Unis).  Même son de cloche pour l’Estonie qui a demandé des éclaircissements sur les membres de Global Alumni Alliance (Fédération de Russie).  La Chine attend des informations complémentaires sur les membres de Global Detention Project (Suisse), tandis que la Turquie veut comprendre comment Global Minorities Alliance (Royaume-Uni) mène des activités avec un budget aussi limité.  Les détails des activités menées en Palestine par Global Network of Women Peacebuilders, Inc. (États-Unis) intéressent le Pakistan.

La Fédération de Russie a ensuite demandé pourquoi certains membres de Health and Environment Justice Support e.V. (Allemagne) n’ont pas le droit de vote.  La même délégation a aussi voulu en savoir plus sur les activités de l’Institute for Development of Freedom of Information (IDFI) (Géorgie) avant de réclamer des explications au sujet du fait que InterPride (États-Unis) utilise à peine la moitié des fonds perçus.  Les États-Unis se sont intéressés au processus d’élection des dirigeants de International Association for the Development of the Abaza-Abkhaz Ethnos « Alashara » (Fédération de Russie), tandis que l’Estonie a demandé que cette ONG utilise la bonne terminologie concernant l’Abkhazie.  Ce à quoi la Fédération de Russie a réagi en soulignant que les positions de l’ONG ne changent en rien à celle du Gouvernement russe qui considère que l’Abkhazie est un territoire indépendant. 

À la suite de cela, l’Inde a réclamé les états financiers audités pour l’année 2021 de International Association of Genocide Scholars, Inc. (Australie), alors que la Fédération de Russie attend ceux de International Funders for Indigenous Peoples Inc. (États-Unis).  La même délégation a demandé des détails sur les financements reçus par International Network of Civil Liberties Organizations (INCLO) (Suisse).  De même, la Chine veut savoir si des gouvernements contribuent à l’organisations des évènements de International Society of Criminology (États-Unis).  Le Pakistan compte recevoir des détails sur les membres de International Youth Federation (Royaume-Uni), tandis que la Fédération de Russie veut avoir des informations sur les activités menées dans son pays par Inti Raymi Fund, Inc. (États-Unis).  Cuba a rappelé que les questions précédemment posées à Khmers Kampuchea-Krom Federation (États-Unis) restent sans réponse claire, suite à quoi les États-Unis ont apporté un soutien à l’ONG en détaillant son champ d’activités. 

La Turquie a ensuite dit attendre des précisions sur les activités menées depuis 2018 par Mangfoldhuset (Norvège), avant que la Fédération de Russie ne demande des comptes certifiés de NAUH (Now Action & Unity for Human rights) (République de Corée).  Le Pakistan veut des détails sur les activités et les sources de financement de Natan -International Humanitarian Aid (R.A.) (Israël), tandis que les États-Unis attendent des éclaircissements sur les activités de coopération menées par National Committee on BRICS Research (Fédération de Russie).  Bahreïn veut savoir quels sont les travaux qui ont été menés avec des défenseuses de droits humains au Moyen-Orient par Nobel Women’s Initiative (Canada).  Ensuite, la Turquie a sollicité plus de détails sur les activités de Peace Without Limits (PWL) International Organization, Inc. (Suisse).  La délégation chinoise attend aussi le certificat d’autorisation pour la Chine de PeaceCorea (République de Corée).  La Fédération de Russie veut plus de précisions sur le bilan des années antérieurs de Razom Inc. (États-Unis).  L’Estonie s’est étonnée du manque de clarté de la situation financière de 2020 de Regional Public Organization for the Protection of Citizens’ Rights « Zolochevsky Team » (Fédération de Russie).  De même, les États-Unis attendent des détails sur les activités de plaidoyer et de lobbying de la même ONG. 

Dialogue avec les ONG

Le représentant de Nithyananda Dhyanapeetam of Columbus (États-Unis) a répondu à la délégation des États-Unis qui ont réitéré leur préoccupation majeure sur les relations que l’ONG entretient avec le guru Swami Nithyananda qui est accusé de viol et d’enlèvement.  Le délégué de l’ONG a précisé que les plaintes en question datent de 2018 et les autorités de l’État du Gujarat n’ont pas inculpé le mis en cause après enquête.  Il a précisé que son organisation n’a rien à voir avec ce dernier.  Pour la délégation des États-Unis, si tel est le cas, alors l’ONG doit apporter des documents qui attestent de la rupture de ce lien avec le chef spirituel de l’ONG. 

Ensuite, le délégué de la Brussels International Center for Research and Human Rights (Belgique) a confirmé que le site Internet de son organisation fonctionne bien, malgré les dénégations de la Fédération de Russie qui a dit attendre des réponses par écrit du fonctionnement des projets menés dans les pays où il n’y a pas de représentation physique de l’ONG. 

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.