Aller au contenu principal
Session ordinaire de 2022,
3e et 4e séances plénières – matin & après-midi
ONG/931

Le Comité des ONG recommande le statut consultatif spécial à 71 organisations de la société civile, dont deux qui s’occupent des questions de cécité

Le Comité chargé des organisations non gouvernementales (ONG) a tenu ce jour sa seconde journée de travail, recommandant au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif spécial à 71 ONG.  Il a cependant reporté sa décision sur 98 demandes d’ONG qui devront apporter des réponses à ses questions, dont 16 à qui les États-Unis ont demandé de préciser leurs relations avec le guru Swami Nithyananda qui est accusé de viol et d’enlèvement en Inde. 

Parmi les ONG dorénavant dotées du statut consultatif spécial, deux s’occupent de questions liées à la cécité.  Ainsi, « Operation Eyesight Canada » (Canada) entend éliminer la cécité évitable et de rendre la vue à tous les individus, quel que soit leur âge, leur sexe ou leur statut socioéconomique.  Fondée en 1963 à Calgary, au Canada, l’ONG a établi des partenariats en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne pour investir dans le traitement durable de la santé oculaire, la prévention et le développement communautaire. 

En effet, elle a adopté une approche qui permet non seulement de cibler les problèmes médicaux qui conduisent à la cécité évitable, mais aussi les déterminants socioéconomiques.  Elle procède aussi à la formation d’agents de santé communautaires féminins pour effectuer des dépistages oculaires par le porte-à-porte.  Les gens sont dépistés pour les problèmes de vision, référés pour un diagnostic et des soins supplémentaires et informés des options de traitement disponibles fournies par le réseau de plus de 55 hôpitaux partenaires de l’ONG. 

Pour sa part, la « Fondation Conteurs sans frontières, prévention en faveur des enfants et recherche fondamentale sur la cécité » (Suisse) apporte son appui aux familles et propose des clefs pour mieux prévenir les maladies, y compris la cécité, notamment en participant aux recherches de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).  Elle met également à profit l’art du conte pour sensibiliser le secteur de l’enfance aux comportements à risques et propose des activités pédagogiques multiculturelles, intergénérationnelles et neutres pour diminuer les impacts de catastrophes sanitaires, naturelles ou conflictuelles qui touchent les jeunes générations. 

Le Comité des ONG poursuivra ses travaux demain, jeudi 19 mai, à partir de 10 heures. 

SUITE DES NOUVELLES DEMANDES D’ADMISSION AU STATUT CONSULTATIF ET NOUVELLES DEMANDES DE RECLASSEMENT

Octroi du statut consultatif spécial

  1. Derechos Infancia México AC (Mexique)
  1. ECPAT Sverige (Suède)
  1. European Federation of Therapeutic Communities (Belgique) 
  1. European Network for the Work with Perpetrators of Domestic Violence (Allemagne)
  1. Family for Every Child (Royaume-Uni)
  1. Fondation Conteurs sans frontières, prévention en faveur des enfants et recherche fondamentale sur la cécité (Suisse)
  1. Fondazione Ernesto Illy (Italie)
  1. Geology for Global Development (Royaume-Uni)
  1. Global Alliance Office on Drugs and Crime (GAODC) (Canada)
  1. Global Alliance for Surgical, Obstetric, Trauma, and Anaesthesia Care (États-Unis)
  1. Global Water Challenge (États-Unis)
  1. Groupe des experts et juristes en droits humains et droits des peuples autochtones (France)
  1. Helen Woodward Animal Center (États-Unis)
  1. Hepatitis Australia Inc (Australie)
  1. Hunt Hill Farm Trust Inc (États-Unis)
  1. INHR (États-Unis)
  1. Imperial College of Science, Technology and Medicine (Royaume-Uni)
  1. International Association of Youth and Students for Peace, Inc.  (États-Uni)
  1. International Longevity Centre Canada (Canada)
  1. International Society for the Study of Drug Policy (Royaume-Uni)
  1. Japanese Liaison Council of Second-Generation Atomic Bomb Survivors (Japon)
  1. Junior Medical Academy (États-Unis)
  1. Les Amis de la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité (ADDHU), ou Friends of Humankind Rights (France)
  1. MedWish International (États-Unis)
  1. National Council for Science and the Environment (États-Unis)
  1. Native and Tribal Human Rights in Action (États-Unis)
  1. Ocean Conservancy, Inc (The) (États-Unis)
  1. Operation Eyesight Canada (Canada)
  1. Parents Forum (États-Unis)
  1. Partnership for Policy Integrity, Inc. (États-Unis)
  1. Photo Start (États-Unis)
  1. Plataforma de Organizaciones de Infancia (Espagne)
  1. Pop Culture Hero Coalition, Inc (États-Unis)
  1. Precious Gems (Royaume-Uni)
  1. Prosami (États-Unis)
  1. Ribbon Rouge Foundation (Canada)
  1. Royal National Lifeboat Institution (Royaume-Uni)
  1. SMART Recovery International, Inc. (États-Unis)
  1. Secretariado Gitano (Espagne)
  1. Shining Hope for Communities Inc (États-Unis)
  1. Stichting The Ocean Cleanup (Pays-Bas)
  1. Stichting World Benchmarking Alliance Foundation (Pays-Bas)
  1. Szülők Háza Alapítvány (Hongrie)
  1. Teach For All, Inc. (États-Unis)
  1. The Dalgarno Institute (Australie)
  1. The Donkey Sanctuary (Royaume-Uni)
  1. The George Institute for Global Health (Australie)
  1. The Global Schoolhouse Initiative (Canada)
  1. The Mathile Institute for the Advancement of Human Nutrition (États-Unis)
     
  2. Trustees and Friends of Agricultural Research at the Volcani Center (Israël)
  1. Unión Española de Asociaciones y Entidades de Atención al Drogodependiente UNAD (Espagne)
  1. Verband der TÜV e.V. (Allemagne)
  1. Wealth By Health Steps For Change Foundation (États-Unis)
  1. Wellcome Trust (Royaume-Uni)
  1. Wheel of Hope Initiative (États-Unis)
  1. World Blockchain Organization Inc. (États-Unis)
  1. World Bong-Gong Foundation (République de Corée)
  1. World Federation of Neurology (Royaume-Uni)
  1. World Ocean Council (États-Unis)
  1. Yamba Malawi, Inc. (États-Unis)
  1. Ágora Ciudadanos Cambiando México (Mexique)
  1. 7amleh - The Arab Centre for the Advancement of Social Media (Israël)
     
  2.  Scholas Occurrentes (Espagne)
     
  3. Stichting HIV Justice (Pays-Bas)
     
  4. Viešoji įstaiga « NVO teisės institutas » (Lituanie)
     
  5. World Renew (Canada)
     
  6. Adharshila (Inde)
     
  7. Asociación Campaña Colombiana contra Minas CCCM (Colombie)
     
  8. Aurosikha Welfare Centre for Rural & Social Development (Inde)
     
  9. Confederation of NGOs of Rural India (Inde)
     
  10. Drug Policy Network South East Europe (Serbie)

Examen des demandes de statut consultatif 

La Grèce a demandé les détails sur les 40% des activités menées à l’international par Eduactive Società Cooperativa (Italie), alors que la Fédération de Russie a voulu savoir à quel titre European Network of Migrant Women (Belgique) a pris part à plusieurs manifestations et évènements onusiens.  La Turquie a souhaité avoir les détails sur la coopération que mène Fondazione Circolo Fratelli Rosselli (Italie) avec les universités françaises.  À la Fondazione Villa Maraini (Italie), la Fédération de Russie a demandé la liste des pays où sont menées les activités. 

Comment vous prenez-vous pour combler votre déficit financier? a demandé Cuba à Foundation for a Drug-Free World (États-Unis) à qui elle a aussi demandé d’expliquer comment elle se déploie dans 80 pays avec un budget aussi sobre.  La Turquie a demandé à Kandilarla Dayanişma Vakfi (Turquie) de fournir des informations sur ses partenaires, avant de prier Luftbrücke Irak e.V. (Allemagne) d’indiquer par quels moyens elle identifie les victimes de guerre à qui elle prétend apporter un soutien.  La Turquie a ensuite prié Magistrats Europeens pour la Démocratie et les Libertés (MEDEL) (Allemagne) d’expliquer comment ils s’y prennent pour déterminer qu’un jugement a été injuste.  La délégation turque a ensuite souhaité savoir pourquoi Robert Bosch Stiftung Gesellschaft mit beschränkter Haftung (Allemagne) fait la distinction entre « société d’immigration » et « société de migration ». 

La Fédération de Russie a ensuite voulu connaître l’adresse Internet de SAM pour les droits et les libertés (Suisse), tandis que la Chine a reproché à SecurityWomen (Royaume-Uni) d’avoir mentionné Taiwan sans préciser qu’il s’agit d’une de ses provinces.  Les États-Unis ont demandé des explications sur le bilan financier de The Assembly of Representatives of the Peoples Living on the Territory of the Republic of Tatarstan Regional Public Organization (Fédération de Russie).  À son tour, la Grèce a interpellé Yunus Emre Foundation Inc. (États-Unis) sur ses relations avec les médias. 

La Fédération de Russie a également voulu en savoir plus sur les modalités d’accession aux organes directeurs de AKAHATÁ Equipo de Trabajo en Sexualidad y Géneros Asociación Civil (Argentine), avant de solliciter les détails sur le partenariat que mène Aliança Nacional LGBTI (Brésil) avec l’UNESCO.  Israël s’est de son côté intéressé aux communautés d’Afrique du Nord dans lesquelles Adyan Association (Liban) mène ses activités. 

Les États-Unis avaient une préoccupation majeure, avoir des détails sur les relations que plusieurs ONG d’Inde ont avec le guru Swami Nithyananda qui est accusé de viol.  Ainsi, la délégation attend les explications des ONG indiennes Dhyana Peetha Charitable Trust, Nithya Annamandir Trust, Nithya Gnanadhan Trust, Nithyananda Dhyanapeetam, Nithyananda Foundation et Nithyanandeshwar Devasthanam Trust

Le Pakistan s’est enquis des états financiers des deux dernières années de Human Rights Protection Organization (Pakistan), alors qu’Israël a voulu savoir quelles institutions font des dons à Instituto Campanha Nacional pelo Direito à Educação (Brésil).  La contribution des membres au budget de John Retreat Center Cameroon (Cameroun) intéresse aussi Cuba

À son tour, l’Inde a voulu savoir pourquoi les dépenses sont supérieures aux revenues de Persatuan Penganut Nithyananda Sangha Malaysia (Malaisie), tandis qu’Israël a demandé des précisions sur les projets financés par l’Australie au bénéfice de Pusat Komas SDN.BHD. (Malaisie).  La délégation israélienne a aussi demandé des précisions sur la posture de Yayasan Kebajikan Muslim (MyFundAction) (Malaisie) au sujet de l’antisémitisme et a adressé une question similaire à Youth love Egypt foundation (Égypte).  Le Nicaragua entend voir clair sur les finances de Action League for Palestinians of Syria LTD (Royaume-Uni), tandis que la Fédération de Russie a souhaité que soient explicitées les activités menées avec les partenaires de American Kratom Association (États-Unis).  Elle a aussi voulu en savoir plus sur les procédures de nomination à la direction de Americans for Safe Access Foundation (États-Unis). 

La Fédération de Russie a voulu savoir comment on accède à la direction de Asociación Observatorio Europeo del Consumo y Cultivo de Cannabis (Espagne).  Elle a ensuite réclamé la liste des partenaires financiers de l’ONG Association for the Protection of Individual Rights (Israël).  Les États-Unis ont demandé comment se passe le processus de prise de décision dans Association of Lawyers « International Association of Russian-speaking Lawyers » (Fédération de Russie).

La Chine a demandé la correction de la terminologie sur Taiwan sur le site Internet de Commonwealth Association of Planners (CAP) (Royaume-Uni), alors qu’Israël a demandé à Cooperazione Internazionale Sud Sud (Italie) de préciser ce qu’elle veut dire par « frontières palestiniennes de 1967 ».  La délégation israélienne a aussi demandé à Forum of European Muslim Youth and Student Organisations (Belgique) de préciser ses sources de financement. 

Cuba a voulu savoir pourquoi depuis 2019 les contributions financières gouvernementales ne cessent de croître au bénéfice de G.A.T. –Grupo Português de Activistas sobre Tratamentos de VIH/SIDA– Pedro Santos (Portugal), tandis que la Turquie s’est enquis des partenariats de Global Citizen Forum (Canada).  La Chine veut savoir si Good News World (République de Corée) reçoit des fonds gouvernementaux chaque année.  À quel titre Harm Reduction Australia Limited (Australie) a-t-elle pris part à des activités des Nations Unies, s’est interrogée la Fédération de Russie.  Et comment International Refugee Assistance Project, Inc (États-Unis) est-elle gérée sans frais de fonctionnement, a demandé à son tour Cuba.

Ensuite, la Chine a souhaité avoir les détails des activités humanitaires menées par International Young Catholic Students (France) durant la pandémie de COVID-19 pour ensuite exiger que la terminologie officielle de l’ONU soit utilisée concernant Taiwan et Hong-Kong sur le site Internet de Japan Association for the United Nations Environment Programme (Japon).  L’Inde s’est dite surprise de constater que Life Bliss Foundation, Inc. (États-Unis) a trois adresses différentes.  Elle a ensuite demandé pourquoi la date de création est différente de la date de constitution de Life Bliss of New Zealand Charitable Trust (Nouvelle-Zélande).

Comment allez-vous combler votre déficit financier? a voulu savoir Cuba en parlant de Migrant Clinicians Network Inc.  (États-Unis), tandis que la Chine a demandé des précisions sur les activités menées à Hong-Kong par Mnemonic non-profit entrepreneurial company (with limited liability) (Allemagne).  Le Pakistan s’est enquis de l’origine des fonds de NTC-Hands off Cain (Italie)

Les États-Unis ont réitéré leur préoccupation majeure sur les relations que des ONG entretiennent avec le guru Swami Nithyananda qui est accusé de viol et d’enlèvement.  Ainsi, la délégation attend les explications des ONG:

Nithanandeshwara Hindu Temple, Charlotte (États-Unis),Nithyananda Anna Mandir (États-Unis), Nithyananda Dhyanapeetam Of Columbus (États-Unis), Nithyananda Dhyanapeetam Of Oklahoma City, Inc, (États-Unis), Nithyananda Dhyanapeetam Of St. Louis (États-Unis), Nithyananda Dhyanapeetam of San Jose (États-Unis), Nithyananda Dhyanapeetam of Seattle (États-Unis), Nithyananda Meditation Academy (Canada), Nithyananda Meditation Academy UK (Royaume-Uni), et Nithyananda Sangha Australia Inc. (Australie). 

La Chine s’est ensuite enquise des dépenses de Nobel Laureates Peace Fund (États-Unis) qui semble accorder peut de fonds à des activités de terrain et davantage aux voyages et autres frais administratifs.  Cuba a voulu en savoir davantage sur les liens mentionnés par Northeastern University (États-Unis) avec le Gouvernement et les Forces armées des États-Unis, alors que la Grèce a réclamé plus de détails sur les dépenses engagées par Novact (Espagne).  Comment SJAC (États-Unis) vérifie-t-elle les informations qui lui sont transmises par des revues, s’est enquise la Fédération de Russie.  La Chine veut pour sa part plus de détails sur la collaboration entre Servare et Manere (Slovaquie) et « Taiwan-province de Chine ». 

Le Nicaragua a demandé si l’ONG Syria Relief (Royaume-Uni) est également enregistrée en Syrie et si elle collabore avec les autorités du pays, tandis que dans le même temps, Cuba veut savoir comment la Syrian Legal Development Programme (Royaume-Uni) garantit son indépendance alors qu’elle reçoit des fonds de gouvernements.  Comment avez-vous contribué aux travaux de la session 2021 de la Commission sur les droits des femmes, a demandé la Chine à The Malala Fund (États-Unis).  Dans la même lancée, Cuba s’est étonnée du bilan financier positif de 433 millions de dollars de The Minderoo Foundation Pty Ltd (Australie).  Alors que la Chine a demandé des explications sur les projets de recherche de The Right To Life Charitable Trust (Royaume-Uni), la Fédération de Russie a voulu savoir le mode de désignation des dirigeants de The Royal Institute of International Affairs (Royaume-Uni).

Par la suite, Cuba a dit entendre recevoir des explications sur la présence de seulement deux étrangers dans le conseil de direction de l’ONG The Trustees of the University of Pennsylvania (États-Unis) qui prétend avoir une envergure internationale.  Nous voulons la liste de vos 35 ONG affiliées, a demandé la Chine à US Council of Muslim Organizations (États-Unis), alors que la Fédération de Russie veut savoir avec quels officiels onusiens Ukrainian Think Tanks Liaison Office in Brussels (Belgique) a déjà travaillé.  La même délégation a demandé à Uyghur Human Rights Project (États-Unis) d’expliquer comment sont choisis ses dirigeants.  La Chine a demandé des détails sur les activités menées dans son pays par Youth for Human Rights International (États-Unis).

Le Pakistan veut voir plus clair sur les sources de financement « The Awakening » A Society for Social & Cultural Development (Paksitan).  La délégation espère également avoir des détails sur les ONG partenaires de Anukulan (Inde).  Le Bahreïn s’intéresse de son côté à la liste des projets menés dans le cadre des droits sociaux par Arab Organization for Arabization and Communication (Maroc), alors que la Turquie veut les détails des activités de Asociación CAREF (Comisión Argentina Para Los Refugiados) (Argentine).  Même préoccupation des États-Unis concernant Asociación Civil Grupo SURES (Venezuela).  Ce sont les activités de 2021 qui intéressent la Chine concernant Association Tous pour l’intégration des migrants au Maroc (Maroc). 

Ensuite, le Nicaragua a sollicité une liste exhaustive des activités menées par Association de la femme saharienne pour le développement intégré (Maroc), tandis que Cuba a demandé comment l’Association de l’Alliance Nationale des Chourafa Naciryiene et leurs cousins, chargés des affaires de la Zaouia Naciria (Maroc) peut prétendre avoir aidé des centaines de gens avec un budget annuel de 5 000 dollars.  Le Nicaragua veut savoir en quoi les activités de l’ONG Association des marocains victimes d’expulsion arbitraire de l’Algérie (Maroc) sont liées au mandat de l’ECOSOC.  Le Pakistan a demandé des précisions sur les sources des financements de 2018 à 2020 de l’ONG Association for Social Solidarity and Empowerment Training Trust (ASSET) (Inde).  Dans leur sillage, les États-Unis ont voulu savoir si d’autres parties prenantes qui interviennent dans le fonctionnement du Beijing People’s Association for Friendship with Foreign Countries (Chine).  La délégation a ensuite demandé les détails sur les dépenses des années antérieurs de Belarusian Fund of Peace (Bélarus).

Le Pakistan a par la suite demandé des détails sur les activités, notamment les séminaires, organisées par Blue Cross & Blue Crescent Society (Inde).  Le même pays attend des détails sur les finances de Caritas India (Inde) alors qu’il attend de Chanan Development Association (Pakistan) qu’il détaille son implication dans la sphère des droits à la santé génésique des jeunes.  Les États-Unis ont demandé comment Chinese Culture Promotion Society (Chine) s’y prend pour respecter son budget annuel.  Après le Bahreïn qui a constaté que le récépissé d’autorisation de Dialogue & Development Forum (Yémen) semble expiré depuis 2014, la Grèce a demandé des détails sur les activités de Diplomatic Mission Peace And Prosperity (Albanie).

Le Pakistan a enchainé en demandant la liste des ONG partenaires de Direct Focus Community Aid (Pakistan), avant de s’interroger sur l’augmentation exponentielle du budget annuel de Dr. APJ Abdul Kalam International Foundation (Inde).  L’Inde a pour sa part rappelé que l’ONG Environmental and Societal Development Foundation (Pakistan) n’a pas répondu clairement aux précédentes questions du Comité des ONG.  Enfin, la Grèce a souhaité comprendre comment Fondacioni « Yesilay » (Albanie) fonctionne sans frais d’administration.

Dialogue avec les ONG

Au cours de la session consacrée au dialogue avec les ONG, Luftbrücke Irak e.V. (Allemagne) a présenté ses activités avant de répondre aux questions de la Turquie.  Elle a ainsi expliqué que ses bureaux sur le terrain en Iraq aident à identifier les victimes de la guerre parmi les plus vulnérables, avant de leur offrir des soins médicaux sur place, ou d’assurer leur déplacement hors du pays, notamment en direction de l’Allemagne.  Plus de 150 enfants ont été soignés en Allemagne depuis 2014 par son entregent, a précisé l’ONG qui a été invitée à présenter par écrit la liste de ses donateurs.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.