Aller au contenu principal
SG/SM/21410

Ukraine: Gravement préoccupé par l’évolution de la situation à la centrale nucléaire de Zaporijia, le Secrétaire général appelle les parties au bon sens et à la raison

La déclaration suivante a été faite, aujourd’hui, par le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres:

Je suis gravement préoccupé par l’évolution de la situation dans et autour de la centrale nucléaire de Zaporijia, dans le sud de l’Ukraine.

J’ai appelé toutes les parties concernées au bon sens et à la raison, leur demandant de ne prendre aucune mesure qui pourrait mettre en danger l’intégrité physique, la sûreté ou la sécurité de la centrale nucléaire la plus grande d’Europe.

Malheureusement, au lieu d’une désescalade, les informations affluent, ces derniers jours, sur des incidents encore plus troublants qui pourraient, s’ils se poursuivent, mener à une catastrophe.

Je demande que toutes les opérations militaires, dans le proche voisinage de la centrale, cessent immédiatement et que les installations et les environs ne soient pas pris pour cible.

Je lance un appel urgent pour que le personnel et les équipements militaires soient retirés de la centrale et pour que l’on évite de déployer d’autres forces ou équipements sur le site.  Les installations ne doivent pas être utilisées comme partie d’une quelconque opération militaire.  Au niveau technique, un accord urgent sur un périmètre sûr de démilitarisation est devenu nécessaire pour assurer la sécurité de la zone.

Les Nations Unies continuent d’appuyer le travail critique de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et ses efforts pour veiller à la sécurité des opérations de la centrale nucléaire de Zaporijia.  J’exhorte les parties à offrir à la mission de l’AIEA un accès immédiat, sûr et sans entrave au site.

Nous devons être clairs et dire que tout dégât qui serait infligé à Zaporijia et à toute autre installation nucléaire en Ukraine, ou ailleurs, pourrait avoir des conséquences catastrophiques non seulement pour le voisinage immédiat mais aussi pour la région et au-delà.  Cela est totalement inacceptable.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.