Aller au contenu principal
dbf220630

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 juin 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général

Après son séjour au Portugal, le Secrétaire général se dirige vers le Suriname où il séjournera du 2 au 4 juillet.  Comme à Lisbonne, sa visite portera sur les questions de l’environnement et de la biodiversité et sur la manière dont elles sont affectées par les changements climatiques.   

Le Secrétaire général devrait survoler la forêt tropicale et se rendre auprès d’une communauté autochtone pour en apprendre plus sur les connaissances traditionnelles, s’agissant de l’adaptation à l’impact des changements climatiques.  Il compte souligner l’importance des solutions climatiques basées sur la nature durant sa visite sur le site d’un programme côtier de mangroves où il constatera la vulnérabilité de la côte du Suriname aux inondations, laquelle est aggravée par l’élévation du niveau de la mer et les phénomènes météorologiques extrêmes dus à la crise climatique actuelle.     

Dimanche prochain, le Secrétaire général a prévu de faire une déclaration à la cérémonie d’ouverture de la quarante-troisième Réunion ordinaire de la Communauté des Caraïbes (CARICOM).  Il devrait souligner que la région est le point zéro de l’urgence climatique mondiale et la nécessité de s’unir derrière des solutions audacieuses.  

Le Secrétaire général a aussi prévu de s’entretenir avec le Président du Suriname, M. Chan Santokhi.

Sécurité routière

Ce matin, le Secrétaire général a fait une déclaration à la Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur l’amélioration de la sécurité routière

Les accidents de la route, a-t-il dit, représentent une épidémie mouvante et silencieuse, comme en attestent les 1,3 million de morts et les 50 millions de blessés graves chaque année.  Aujourd’hui, ces accidents sont la première cause de mortalité chez les gens âgés de 5 à 29 ans.  Neuf victimes sur 10 vivent dans les pays à moyen ou à bas revenu. 

Fonds de financement commun 

Ce matin, le Secrétaire général a fait diffuser un message vidéo à une manifestation virtuelle sur les fonds de financement commun.  Il a dit que plus de 300 millions de personnes dans le monde ont un besoin urgent d’aide humanitaire et de protection, ce qui est un sombre record.

Le Secrétaire général a noté que l’ONU travaille pour aider les gens vulnérables mais que cela exige des ressources financières.  Il a souligné l’importance du Fonds central pour les interventions d’urgence et des fonds de financement commun par pays, notant qu’ils sont rapides, souples, impartiaux et indépendants.  

De son côté, M. Martin Griffiths, Coordonnateur des secours d’urgence, a dit que l’ONU a aidé plus de 50 millions de personnes, l’année dernière et que les fonds de financement commun ont permis d’apporter soins de santé, sécurité alimentaire, eau et assainissement, hygiène et protection.

Ukraine / Humanitaire

Le Coordonnateur humanitaire, Mme Osnat Lubrani, a appelé aujourd’hui les parties au conflit à faciliter de manière décisive et urgente l’accès sûr et sans entrave des agents humanitaires aux régions, villes et villages, où les gens ont besoin d’aide.  Elle a aussi souligné la nécessité de permettre aux gens de quitter leur zone s’ils le souhaitent. 

Elle a regretté que l’ONU et ses partenaires aient été empêchés de faire plus, en raison de l’insécurité et des restrictions imposées par les parties. 

Mme Lubrani a souligné que les agents humanitaires ne peuvent fournir de l’aide ni accéder à Kherson et qu’une aide très limitée est parvenue à Marioupol.  Elle a ajouté que l’accès aux zones qui échappent au Gouvernement est extrêmement difficile voire impossible.

Malgré des problèmes énormes, l’ONU et ses partenaires ont fourni une assistance vitale à plus neuf millions d’hommes, de femmes et d’enfants dans toutes les régions de l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février dernier.  Cette aide s’ajoute au travail incroyable de milliers et de milliers de volontaires dans tout le pays. 

Toutefois, les besoins humanitaires ne cessent de croître au rythme de l’intensification des hostilités dans plusieurs régions, en particulier l’est du Donbass.

Ukraine / Droits de l’homme 

La Mission de surveillance des droits de l’homme a publié un nouveau rapport sur les violations, dont les meurtres, les actes de torture et les disparations forcées, tous impliquant des civils pendant les trois premiers mois de la guerre. 

La Mission a reçu de nombreuses allégations et a été en mesure de vérifier 23 cas de violence sexuelle liés au conflit, un nombre qui est probablement bien inférieur à la réalité.

Libye 

Mme Stephanie Williams, Conseillère spéciale pour la Libye, a publié une déclaration sur la réunion de deux jours entre les Présidents de la Chambre et des représentants du Haut Conseil d’État, à Genève. 

Elle y dit que les deux organes ont dégagé un consensus sans précédent sur un certain nombre de questions en suspens.  Toutefois, ajoute-t-elle, malgré les progrès de cette semaine de négociations, des désaccords persistent sur les critères d’éligibilité des candidats à la toute première élection présidentielle. 

Mme Williams exhorte les deux organes à surmonter leurs divergences aussitôt que possible.  Elle met aussi en garde toutes les parties en Libye contre les mesures précipitées et souligne que le calme et la stabilité doivent être maintenus. 

Mme Williams rédigera un rapport complet sur les négociations et présentera ses recommandations au Secrétaire général sur une alternative qui permettrait d’avancer. 

Iran 

Mme Rosemary DiCarlo, Cheffe des affaires politiques et de consolidation de la paix, a informé le Conseil de sécurité aujourd’hui des contacts diplomatiques avec l’Iran sur le rétablissement du Plan d’action global commun (PAGC).

Syrie 

Hier, c’est M. Geir Pedersen, Envoyé spécial pour la Syrie, qui a parlé au Conseil de sécurité de l’importance du cadre à trois dimensions prévu par la résolution 2585.

République démocratique du Congo (RDC) 

La Mission des Nations Unies sur place a fermé ses bureaux à Kalemie, dans la province du Tanganyika.  Il s’agit d’une étape importance vers sa réduction progressive et graduelle.  La décision doit être vue comme une reconnaissance des mesures prises par les autorités congolaises, avec le soutien de la Mission, pour renforcer sa présence et les capacités des institutions nationales dans la zone.  La Mission et l’équipe de pays continueront d’aider le Gouvernement à mettre en œuvre les principales réformes pour préserver et consolider les acquis. 

En revanche, dans l’est de la RDC, la situation demeure tendue, le groupe M23 poursuivant ses attaques contre l’armée congolaise mais aussi contre une position de la Mission dans la province du Nord-Kivu.

Ce matin, la position de la Mission à Kabindi, à environ à 12 kilomètres dans le sud-est de Rutshuru, a essuyé trois tirs de roquettes, dont deux ont atterri très près de ladite position.   

Hier, la Cheffe de la Mission, Mme Bintou Keita, a condamné les attaques du M23 et appelé à leur désarmement sans condition préalable.

Afghanistan

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont signé un accord sur le versement d’une somme de 1 million de dollars pour des logements et des infrastructures dans les provinces de Khost et de Paktika.  

Le programme fournira de l’aide aux familles affectées par le séisme, en améliorant l’accès à aux logements durables, à l’énergie solaire et aux infrastructures essentielles comme les systèmes d’adduction d’eau, et en réparant les routes et les ponts endommagés par le dernier séisme. 

Le HCR et le PNUD travaillent ensemble en Afghanistan dans le cadre de la réponse humanitaire globale des Nations Unies.

Malaisie 

L’équipe de pays, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Karima El Korri, aide toujours le Gouvernement à s’attaquer aux différents impacts de la pandémie de COVID-19.  À ce jour, 83% de la population, soit plus 27 millions de Malaisiens, sont totalement vaccinés et plus de la moitié d’entre eux ont reçu une piqûre de rappel.  L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a contribué à renforcer les capacités des laboratoires et a aidé le Gouvernement dans la communication sur les risques, l’engagement des communautés et la recherche comportementale.  Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) fournit les doses pour les piqûres de rappel aux réfugiés alors que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) travaille sur les services de santé mentale et l’appui psychosocial.  Pour sa part, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) appuie les campagnes de vaccination pour les réfugiés et les migrants tout en facilitant l’accès à la santé et en distribuant des kits d’hygiène.  

Climat

Pour l’ONU, l’avis de la Cour suprême américaine sur le climat et l’Agence de protection de l’environnement est un recul dans la lutte contre les changements climatiques, au moment où le monde est déjà à la traîne dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris.  Le Secrétaire général n’a cessé de le dire: le G20 doit prendre les rênes d’une action climatique spectaculairement plus audacieuse. 

Les décisions comme celles prises aujourd’hui aux États-Unis, ou dans toute autre grande économie pollueuse, rend encore plus difficile la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris, visant une planète plus saine et plus viable, surtout quand il est nécessaire de parvenir au plus vite à l’abandon du charbon et à la transition vers les énergies renouvelables.

Mais il faut aussi garder à l’esprit qu’une urgence de nature mondiale comme les changements climatiques requiert une réponse mondiale et que les actes d’un seul pays ne doivent pas et ne peuvent pas décider de la réalisation des objectifs climatiques.  Le Secrétaire général a aussi souligné qu’il est encore temps de s’attaquer aux impacts les plus graves des changements climatiques, en particulier chez les membres du G20, et d’intensifier les efforts, avec les villes, les régions, les entreprises, les investisseurs et les individus qui partout dans le monde réclament une action climatique plus audacieuse.

Journées internationales 

La Journée internationale du parlementarisme est commémorée aujourd’hui sur le thème de l’engagement public dans le travail du parlement.  Est également commémorée aujourd’hui la Journée internationale des astéroïdes qui vise à sensibiliser l’opinion publique au danger des astéroïdes et de l’informer des mesures liées à la communication de crise décidées au niveau international au cas où la Terre serait confrontée à cette menace crédible.

Contribution financière 

Les contributions au budget ordinaire de l’ONU pour 2022 ne cessent d’augmenter.  À ce jour, 109 États se sont acquittés de la totalité de leur dû, dont le dernier en date a pour capitale Gitega.

Ce pays sans littoral n’a naturellement pas de côte mais une plage magnifique dénommée Saga et située sur la rive du Lac Tanganyika.  Il s’agit bien évidemment du Burundi.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.