Aller au contenu principal
CONF211101-CS

Conseil de sécurité: le Mexique dégage les priorités de sa présidence en novembre, dont la diplomatie préventive et la protection des civils

La diplomatie préventive, la primauté de la personne humaine, la protection des civils et l’impact des armes légères et de petit calibre, ainsi que l’égalité des genres, sont les questions que le Mexique entend privilégier au cours de sa présidence du Conseil de sécurité en novembre. 

Dans une conférence de presse cet après-midi, le Représentant permanent du Mexique, M.  Juan Ramón de la Fuente Ramírez, s’est proposé, en particulier, de « faire avancer » l’agenda « femmes, paix et sécurité » au sein du Conseil.  La transparence et la reddition de la justice sont fondamentales, a-t-il aussi insisté, assurant vouloir « pousser » pour améliorer les méthodes de travail du Conseil. 

Il a dégagé les trois séances phares de la présidence de son pays en soulignant que le Chef d’État mexicain, M.  Andrés Manuel López Obrador, présidera, dans la matinée du 9  novembre, une réunion publique de haut niveau intitulée « Exclusion, inégalité et conflits » dans le cadre de la question du maintien de la paix et de la sécurité internationales.  Le Secrétaire général, M.  António Guterres, et un représentant de la société civile interviendront également lors de cette réunion qui donnera probablement lieu à une déclaration présidentielle.  La note conceptuelle sur ce sujet a, d’ores et déjà, été publiée, a informé l’ambassadeur, qui a suggéré d’analyser les causes sous-jacentes de l’insécurité internationale et les concepts y associés. 

« Paix et sécurité par une diplomatie préventive: objectif commun de tous les organes principaux de l’ONU » sera le thème de la deuxième réunion de haut niveau, le mardi 16 novembre, qui aura pour objectif de renforcer les liens, la coordination et l’efficacité dans la prévention des conflits, a-t-il poursuivi.  Le Président de la soixante-seizième session de l’Assemblée générale, M.  Abdulla Shahid; le Président du Conseil économique et social, M.  Collen Vixen Kelapile; la Présidente de la Cour internationale de Justice (CIJ), Mme  Joan Donoghue; ainsi que M.  Guterres, seront au nombre des intervenants à cette réunion, qui s’achèvera par l’adoption d’une déclaration présidentielle, a encore annoncé M.  de la Fuente Ramírez. 

Enfin, un débat public sur les armes de petit calibre et leur impact sur la paix et la sécurité se déroulera le 22 novembre, au matin, avec des exposés du Directeur de l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR), M.  Robin Geiss, et d’un représentant de la société civile.  Ce débat sera présidé par le Chef de la diplomatie mexicaine.  Le Représentant permanent du Mexique a espéré que ce débat complétera celui ayant eu lieu en octobre sous la présidence du Kenya. 

Tous les États Membres et les États observateurs pourront participer en personne à ces trois débats ouverts, a précisé M.  de la Fuente Ramírez qui leur a demandé cependant de n’y envoyer qu’un seul délégué et de strictement respecter les mesures de sécurité sanitaire.  Les représentants des délégations devront ainsi arriver dans la salle du Conseil peu avant leur intervention et la quitter juste après. 

Le débat semestriel sur la Bosnie-Herzégovine aura lieu demain, 2  novembre.  Dans l’après-midi, la Présidente de la Cour internationale de Justice (CIJ), Mme  Joan Donoghue, fera un exposé lors d’une séance à huis-clos. 

D’autre part, a précisé l’Ambassadeur, il a été convenu que les réunions sur les thèmes qui reviennent régulièrement (République arabe syrienne, Yémen et Moyen Orient) se dérouleront sous forme de consultations.  Il importe en effet que les membres du Conseil puissent avoir un espace dans lequel ils soient en mesure d’avoir des discussions plus informelles, de façon plus ouverte, a-t-il expliqué. 

La réunion avec les pays fournisseurs de troupes pour la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) se tiendra le mercredi 3  novembre.  Le Conseil se réunira ensuite pour des consultations sur les armes chimiques en République arabe syrienne au cours de laquelle la Secrétaire générale adjointe et Haute-Représentante pour les affaires de désarmement, Mme Izumi Nakamitsu, fera un exposé. 

Le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale procéderont, le 5  novembre, simultanément au cours de deux séances parallèles, à l’élection de juges de la Cour internationale de Justice pour pourvoir les postes qui seront vacants à la fin de l’année.  Comme le mandat de l’opération militaire de l’Union européenne en Bosnie-herzégovine (EUFOR-ALTHEA) arrive à échéance le 5 novembre, il est attendu également que le Conseil adopte une résolution renouvelant ce mandat, a encore indiqué M. de la Fuente. 

Au niveau des organes subsidiaires, le Comité 1373 sur la lutte contre le terrorisme tiendra, le 4  novembre, une réunion extraordinaire à l’occasion de la commémoration du vingtième anniversaire de l’adoption, le 28  septembre 2001, de la résolution 1373 du Conseil de sécurité portant création du Comité. 

Le point d’information annuel des commissaires de police des opérations de maintien de la paix se tiendra le 10  novembre.  Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix; la Commissaire de police de la Force intérimaire de sécurité pour Abyei (FISNUA), Mme  Violet Lusala, et son homologue de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), Mme  Patricia Boughani, feront respectivement des exposés.  Le Représentant permanent mexicain a signalé que ces réunions seront spécifiquement orientées vers la thématique « femmes, paix et sécurité ». 

Le 11 novembre, le Conseil tiendra sa réunion mensuelle sur le Yémen, sous la forme de consultations, et adoptera plusieurs résolutions le lendemain (FISNUA, Somalie, MINUSCA).  Il entendra en outre un exposé sur la paix et la sécurité en Afrique, également le vendredi 12 novembre, avant de tenir, le 15  novembre, des consultations sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne. 

S’agissant des questions africaines, une réunion d’information et des consultations sur les événements récents en Somalie et sur la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) se dérouleront le 17  novembre, de même que des consultations sur la Force conjointe du G5 Sahel le 12. 

Les 18 et 19 novembre seront consacrés à l’atelier annuel de la Mission permanente de la Finlande « Hitting the Ground Running » (Repartir sur les chapeaux de roues) pour les nouveaux membres du Conseil de sécurité. 

Une séance d’information, suivie de consultations sur la Mission d’assistance des Nations Unies à l’Iraq (MANUI) aura lieu le 23  novembre.  Dans l’après-midi, le Procureur de la Cour internationale de Justice sur les affaires concernant la Libye fera un exposé.  Le lendemain, le Conseil se penchera sur la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL). 

Après la fête de Thanskgiving, le Conseil tiendra des consultations sur les rapports de mise en œuvre de la résolution 1701 (2006) sur le Liban, et du Comité des sanctions 1718 sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC).  Dans l’après-midi, le Conseil tiendra une séance d’information sur le Moyen-Orient. 

Au sujet de l’examen de questions liées à des pays asiatiques, le Conseil organisera une séance d’information ainsi que des consultations sur la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), le 17. 

Comme c’est la tradition quant à la transparence de la présidence du Conseil, le Représentant permanent du Mexique a annoncé qu’il fera un point d’évaluation à la fin du mois de novembre. 

Au cours de son échange avec les correspondants de presse, l’Ambassadeur mexicain a plaidé pour le bien-être des personnes, « la priorité des priorités ».  Il a insisté sur la transparence et sur l’importance de partager les informations avec les journalistes. 

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.