Aller au contenu principal
PA/31

Chefs religieux et dirigeants saluent la Déclaration interconfessionnelle sur les victimes et les survivants de Daech

Plus de 150 acteurs religieux et dirigeants ont salué aujourd’hui la mesure décisive prise par les représentants des communautés chrétienne, kakai, chiite, sunnite et yazidie en Iraq, avec l’adoption, au mois de mars, de la Déclaration interconfessionnelle sur les victimes et les survivants de Daech.  Les acteurs religieux et dirigeants se sont exprimés lors d’une conférence virtuelle organisée par le Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide et de la responsabilité de protéger, l’Equipe d’enquêteurs des Nations Unies chargée de concourir à amener Daech/État islamique en Iraq et au Levant à répondre de ses crimes (UNITAD) et l’organisation « Religions for Peace ». 

Les communautés religieuses du monde entier ont salué la Déclaration historique dans laquelle les chefs des grandes confessions iraquiennes ont collectivement dénoncé les actes de Daech et manifesté leur plein appui aux victimes, aux survivants et aux familles, tout en réitérant leur engagement à fournir tout le soutien possible pour faire en sorte que les auteurs des crimes répondent de leurs actes.

Le webinaire a aussi discuté du rôle des chefs religieux et des dirigeants d’Iraq et d’autres pays dans le renforcement des efforts nationaux et internationaux pour établir les responsabilités dans les crimes commis par Daech et d’autres groupes en Iraq, et contribuer à la prévention des atrocités et à l’édification de sociétés pacifiques, inclusives et justes.

La manifestation a réuni les signataires de la Déclaration interconfessionelle ainsi qu’un large éventail de chefs religieux de plusieurs États membres, pour réfléchir à la mise en œuvre optimale des principes consacrés dans ladite Déclaration et à l’impact moral des acteurs religieux dans la lutte contre l’extrémisme violent et les atrocités. 

Les participants ont souligné leur rejet unanime de la violence de Daech et l’importance de toutes les communautés religieuses en Iraq et dans le monde, pour renforcer le dialogue et la coopération et promouvoir la compréhension, traiter des conséquences des crimes Daech et prévenir de telles atrocités.  Tous les participants ont mis l’accent sur la nécessité de faire répondre Daech de ses actes, conformément à l’état de droit, et de jeter les bases de la réconciliation et de la paix.

Le Chef de l’UNITAD, M. Karim A. A. Khan, a estimé que la Déclaration interconfessionnelle est « un exemple fort » de la manière dont l’unité des chefs religieux peut être utilisée pour exposer les agissements de Daech comme contraires aux principes fondamentaux de l’humanité et dénués de tout fondement dans la foi.  « Le rejet unanime de l’idéologie de Daech doit servir d’exemple, dans le monde entier, de la manière dont les chefs religieux peuvent jouer un rôle fondamental pour éviter la propagation de l’extrémisme violent. »

La société iraquienne a payé très cher pour des revendications qui n’ont jamais été satisfaites.  Elle doit par conséquent travailler pour édifier et consolider une société inclusive dans laquelle la diversité n’est pas perçue comme un défaut mais comme atout.  Je suis convaincu, a ainsi déclaré le Conseiller spécial pour la prévention du génocide, M. Adama Dieng, que la Déclaration interconfessionnelle constitue une étape essentielle dans cette direction.

Les chefs religieux, a ajouté la Secrétaire générale de « Religions for Peace », Mme Azza Karam, ont une position morale inégalée.  Leur Déclaration et leurs intentions peuvent et vont changer la trajectoire de l’humanité vers la guérison des plaies et la coexistence pacifique dans notre monde.

Le webinaire est la première étape du processus de mise en œuvre de la Déclaration interconfessionelle sur les victimes et les survivants de Daech.  Il sera suivi d’une manifestation à Bagdad plus tard dans l’année.

Pour des informations supplémentaires, les médias peuvent s’adresser à M. Jean Victor Nkolo, nkolo@un.org, du Bureau de la prévention du génocide et de la responsabilité de protéger; M. Georges Fakhry, georges.fakhry@un.org, de l’UNITAD; et Mme Mary Grace Donohoe, mgdonohoe@rfp.org), de « Religions for Peace ».

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.