Aller au contenu principal
CD/3207-AFR/1931

Le Kenya accueille un atelier sur l’application de la résolution 1540 visant à barrer l’accès des acteurs non étatiques aux armes de destruction massive


LE KENYA ACCUEILLE UN ATELIER SUR L’APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1540 VISANT À BARRER

L’ACCÈS DES ACTEURS NON ÉTATIQUES AUX ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE


(Adapté de l’anglais)


La capitale kenyane accueillera du 2 au 4 février 2010 un atelier régional sur le renforcement des capacités nationales et régionales nécessaires à la pleine mise en œuvre de la résolution 1540 (2004) du Conseil de sécurité visant à barrer l’accès des acteurs non étatiques aux armes de destruction massive.


Coorganisé par le Kenya et les États-Unis, en coopération avec le Bureau des affaires de désarmement de l’ONU, cet atelier facilitera un partage d’expériences dans des domaines comme les armes biologiques et identifiera des mesures précises de renforcement des capacités conformes aux besoins régionaux et nationaux.


Les pays suivants ont été invités à y participer: Afrique du Sud, Algérie, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Égypte, Éthiopie, Gabon, Ghana, Kenya, Lybie, Mali, Maroc, Nigéria, Ouganda, Sénégal, République démocratique du Congo (RDC), République-Unie de Tanzanie et Tunisie.  Des représentants d’organisations internationales, régionales et sous-régionales sont également attendus.  Un représentant du Comité créé en vertu de la résolution 1540 et un groupe d’experts compteront également parmi les participants.


Adoptée le 28 avril 2004, la résolution 1540 engage les États à prendre et appliquer des mesures efficaces afin de mettre en place des dispositifs intérieurs de contrôle destinés à prévenir la prolifération des armes nucléaires, chimiques ou biologiques ou de leurs vecteurs, y compris en mettant en place des dispositifs de contrôle appropriés pour les éléments connexes.


Pour plus d’informations, veuillez contacter Gabriele Kraatz-Wadsack au 1 (212) 963-3633.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.