Aller au contenu principal
SC/14604

Déclaration à la presse faite par les membres du Conseil de sécurité sur l’Afghanistan

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’août, M.  T.S. Tirumurti (Inde):

Les membres du Conseil de sécurité ont demandé la cessation immédiate des hostilités et l’établissement, au moyen de négociations inclusives, d’un nouveau gouvernement qui soit uni, inclusif et représentatif, notamment avec la participation entière, égale et véritable des femmes.  Ils ont souligné qu’il fallait garantir la continuité des institutions et le respect par l’Afghanistan de ses obligations internationales, ainsi que la sécurité et la sûreté de tous les Afghans et des ressortissants étrangers.

Les membres du Conseil ont demandé la cessation immédiate des violences en Afghanistan, le rétablissement de la sécurité et de l’ordre civil et constitutionnel et la tenue de pourparlers urgents pour régler la crise d’autorité en cours dans le pays et pour parvenir à un règlement pacifique, par un processus de réconciliation nationale dirigé et contrôlé par les Afghans.  Ils ont souligné que toute fin durable du conflit en Afghanistan ne pouvait être obtenue qu’au moyen d’un règlement politique inclusif, juste, durable et réaliste, dans le respect des droits humains, notamment concernant les femmes, les enfants et les minorités.  Ils ont demandé à toutes les parties d’adhérer aux normes internationales relatives aux droits humains et de mettre un terme à toutes les atteintes et violations à cet égard.

Les membres du Conseil se sont déclarés vivement préoccupés par le nombre de violations graves du droit international humanitaire et d’atteintes aux droits humains qui a été signalé parmi les populations touchées par le conflit armé dans tout le pays et ont insisté sur la nécessité urgente et impérieuse de faire traduire les auteurs de ces actes en justice.  Ils ont souligné que toutes les parties devaient respecter les obligations que leur imposait le droit international humanitaire en toutes circonstances, notamment celles ayant trait à la protection des civils.  Ils ont souligné la situation de vulnérabilité particulière du personnel humanitaire et médical, des interprètes et d’autres prestataires internationaux de services.

Les membres du Conseil ont préconisé le renforcement des efforts visant à fournir une assistance humanitaire à l’Afghanistan et ont demandé à toutes les parties de permettre l’accès humanitaire immédiat, en toute sécurité et sans entrave des organismes humanitaires des Nations Unies et des autres acteurs humanitaires qui apportent une assistance humanitaire, notamment à travers les lignes de conflit, pour veiller à ce qu’elle parvienne à toutes les personnes qui en ont besoin.

Les membres du Conseil ont réaffirmé qu’il importait de combattre le terrorisme en Afghanistan, afin de veiller à ce que son territoire ne soit pas utilisé pour menacer ou attaquer tout autre pays, et de faire en sorte que ni les Taliban ni d’autre groupe afghan ou individu ne soutiennent les terroristes opérant sur le territoire de tout autre pays.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur appui aux travaux de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).  Ils ont insisté sur l’importance de la sécurité et de la sûreté du personnel des Nations Unies ainsi que du personnel diplomatique et consulaire des États Membres de l’Organisation des Nations Unies.

À l’intention des organes d’information. Document non officiel.